AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange
Ange
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Dim 8 Oct 2017 - 22:38






Riley Salazar




- Now I lay me dourn to sleep
I pray the Lord my soul to keep
Angels watch me through the night
and wake me with the morning light -



Ange de la nuit et du sommeil





Identité


Nom angélique : Sìtheil.

Âge physique apparent : 29 ans.

Date de naissance : Pour les humains devenus anges. 03 octobre 1968.

Nationalité : Américaine.

Tutelle : Ange de la nuit et du sommeil

Fonction / Métier : Animatrice radio / artisane en céramique

Orientation sexuelle: Hétérosexuelle.

Particularité : C'est sa propre enveloppe charnelle que Riley a réintégré en devenant un ange.

Avatar : Alicia Vikander.



Qualités



• Persévérante • Solide • Sociable




Défauts



• Têtue • Irritable • Curieuse




Votre tutelle


Ange de la nuit et du sommeil, je réponds aux prières qui me sont adressées pour un paisible voyage dans les bras de Morphée ou pour soulager les craintes et les terreurs que la nuit peut engendrer dans certains esprits, enfants ou adultes. Ma simple présence suffit à les apaiser la plupart du temps, mais si c'est nécessaire, je peux les toucher ou leur parler à l'oreille pour les amener à se détendre et se laisser aller en toute sérénité.




Sommeil réparateur



Ce pouvoir permettra d'endormir les humains qui seront touchés par ce dernier. Ils se reposeront entre trente minutes et deux heures maximum, mais se réveilleront avec la sensation d'avoir passé une bonne nuit de sommeil et recouvrer toute leur énergie pour affronter une nouvelle journée. Le sort soulage les muscles, répare les effets de la fatigue et aide à une cicatrisation plus rapide. Néanmoins, son utilisatrice prend à charge la fatigue à son compte en contrepartie.







Enfer et Paradis



Ce pouvoir influe sur les rêves de ceux qui en sont la cible, pouvant durant leur sommeil leur faire vivre leurs pires cauchemars, réveiller leurs plus grandes peurs en leur donnant la sensation que tout est réellement vécu. Il peut également leur faire vivre leurs plus beaux rêves, les guider vers leurs plus beaux espoirs si la victime n'est pas considérée comme néfaste par l'utilisatrice. La contrepartie pour Orphar est d'affronter ses propres craintes, ses plus sombres cauchemars pendant une durée équivalente. Le pouvoir n'est pas mortel, mais peu perturber sa victime au-delà de son sommeil pendant quelques jours si son mental n'est pas assez fort.




Caractère



Pour vraiment me connaître, il m'a fallu plusieurs décennies, beaucoup d'épreuves de vie et un nombre incalculable de rencontres, de liens tissés au fil du temps, pour le meilleur comme pour le pire... une vie.

Pendant une partie de mon enfance, j'avais la sensation de ne pas vraiment exister aux yeux de mes parents, quoi que je fasse, que je dise ou crie parfois. J'avais l'impression d'être en trop, de ne pas être à ma place, que je pouvais disparaître sans que quiconque le remarque et s'en préoccupe... Ce sentiment d'indifférence m'a hanté pendant longtemps, à tel point que j'avais du mal à faire confiance aux gens, à aller à leur rencontre pour discuter et que discuter n'aidait pas à vaincre ma méfiance et mes doutes, cette certitude qu'au bout du compte, je ne représentait rien pour les gens que je croisais.

Je me trompais. Mes parents m'aimaient sincèrement et étaient fiers de l'enfant que j'étais. S'ils ne me le montraient pas, ne me le disaient pas davantage, ce n'était pas par manque d'intérêt, mais parce qu'ils pensaient que j'étais la plus forte, la plus solide de leurs quatre enfants. Cette conviction les poussait à prendre plus de temps pour mes frères et soeur qui réclamaient plus d'attentions, d'encouragements et de sermons. Ce que je prenais pour de l'indifférence était de la confiance et le découvrir m'a rendu plus solide par la suite, me permettant de me détacher de ce besoin de reconnaissance qui durant l'enfance m'avait tellement pesé sur les épaules et alourdit le coeur.

Je n'ai pas toujours été sociable, n'ayant aucune envie de me mettre en avant, préférant rester dans l'ombre à observer et écouter quand d'autres se levaient pour faire entendre leurs voix. J'étais mal à l'aise en société, en groupe. Je suivais le mouvement sans jamais donner mon avis, qu'il soit bon ou mauvais, qu'il soit pareil ou différent. Appelez ça de la crainte, de la lâcheté ou bien de la tiédeur, je n'en voyais simplement pas l'intérêt avant de comprendre que suivre comme un mouton, ne jamais dire ce qu'on pense ou faire ce qu'on croit juste peut faire une vraie différence. Aujourd'hui, je ne souffre plus de ce besoin de rester en retrait et je sais me faire entendre quand c'est nécessaire. Je ne crains plus de parler, de livrer le fond de ma pensée et d'aller vers les gens qui me sont peu familiers pour en apprendre davantage sur eux. Je me sens enfin en harmonie avec la société qui m'entoure.

Mais cela ne s'est pas fait du jour au lendemain. J'ai du affronter mes propres doutes, mes propres démons jour après jour pendant des années. J'ai trébuché, je suis tombée et je me suis relevée à chaque nouvelle chute plus déterminée encore à exister pour moi en tout premier. C'est au prix de cette persévérance quotidienne que j'ai découvert qui j'étais réellement, que j'ai pu affronter ensuite les épreuves qui ont jalonné mon chemin. Elles ont été nombreuses, certaines d'une rare simplicité et d'autres aussi étranges que déstabilisantes. Mais je suis têtue, trop parfois pour mon propre bien. Je n'abandonne pas facilement les batailles que je décide de livrer, ne renonce pas plus facilement aux objectifs que je me fixe. L'erreur est humaine et elles nous permettent de grandir. Je ne regrette aucun de mes choix, de mes actes, qu'ils soient manqués ou pas.

Je n'aime pas la défaite, encore moins la fuite. Les deux me rendent terriblement irritable et je ne suis jamais aimable quand je suis en colère. Les mots dépassent bien souvent ma pensée, franchissent mes lèvres en phrases assassines qui sont destinées à blesser. Je n'en viens jamais aux coups avec quelqu'un, préférant déployer la frustration de mes nerfs sur un mur ou n'importe quelle surface solide pouvant faire l'affaire, mais j'ai besoin de canaliser pour évacuer avant de retrouver assez de calme pour réfléchir, me rendre compte que j'ai mal agi et pouvoir m'excuser. Je ne demande pas qu'on m'accorde le pardon pour si peu. Bien au contraire, j'estime qu'il me revient de prouver que mes mots d'excuses ne sont pas creux. Pardonner est un acte de bienveillance, mais se pardonner à soi-même demande des efforts.

Mon plus gros défaut cependant est sans doute ma curiosité. Elle n'est pas maladive, intrusive au point de devenir pénible. Toutefois, elle peut être dérangeante pour certains, agaçante pour d'autres également. J'ai besoin de comprendre les choses, de connaître les gens et les raisons qui les poussent à agir pour pouvoir me faire une opinion. J'ai besoin de comprendre le pourquoi et le comment, les tenants et les aboutissants, les risques et les dangers, les gains et les résultats possibles pour pouvoir cerner toute l'importance d'un ordre donné, d'une situation donnée ou d'un comportement. Certains peuvent le prendre mal, pour de la désobéissance ou de la rébellion. Il n'en est pourtant rien.

Cette curiosité est aussi un atout à mes yeux, me permettant d'anticiper toutes les éventualités, de prévoir l'imprévisible, d'avoir toujours un plan B voire un plan C en cas de besoin. Je n'aime pas être prise au dépourvu, me retrouver dos au mur, acculée comme un animal traqué. Je ne suis pas la plus stratège qui soit, mais je ne fonce pas dans le noir tête baissée en espérant qu'un mur ne va pas croiser ma route. L'ange qui a fait de moi son disciple puis son âme-soeur n'a pas perdu son temps avec moi, m'inculquant une disciple de fer, des heures d'entraînements acharnés et autant d'heures de réflexion pour que le hasard ne puisse pas avoir de réelle emprise sur mes combats et sur ma vie.

Il y a une dernière chose à savoir encore... Je suis un très jeune ange, n'ayant gagné mes ailes que depuis trois ans. Cette élévation inattendue m'a légèrement perturbée car je n'aspirais pas à devenir un ange au moment où l'événement s'est produit. J'en suis heureuse et fière pour l'ange qui m'a guidé durant de nombreuses années, mais je n'en retire pas spécialement de l'orgueil personnel. Je considère que c'est arrivé trop tôt, que je n'étais pas prête à les recevoir, que cela aurait mérité d'être reporté de quelques années voire même quelques décennies supplémentaires.

Du coup, il m'arrive encore de réagir d'abord comme une disciple humaine avant de réagir comme un ange divin, de laisser mon humanité prendre le dessus sur ma part angélique. Je manque encore d'expérience comme ange. Certains me blâmeront peut-être. D'autres me donneront le temps d'acquérir cette distance parfois froide et rigide qu'ils parviennent à prendre, à mettre entre l'humanité et eux. Je m'y emploie, mais je réclame un peu d'indulgence.





Physique



Physiquement, je ne suis pas très grande, ne mesurant qu'un mètre soixante-six à peine, mais je pense être bien proportionnée et suffisamment agile, souple et rapide pour compenser ce qui peu me manquer en force physique. Je m'astreins à un entraînement régulier et rigoureux chaque matin ou chaque soir afin de rester alerte, en forme et prête à combattre. J'ai quelques cicatrices qui témoignent de mes entraînements quand j'étais encore humaine.

J'ai les cheveux châtain et les yeux noisettes, un visage et un sourire avenant il me semble. Je ne suis pas portée sur le maquillage lorsque je n'ai pas de raison d'en mettre et quand c'est le cas, je souligne à peine mes yeux et mes lèvres d'un peu de fard, de mascara et rouge à lèvres.

Ma garde robe se compose encore de jeans, t-shirt, sweat-shirts, pull, bottines et bottes à talons, mais j'ai quelques robes élégantes, jupes crayon, chemisiers et escarpins si j'en avais besoin. Rien d'extravagant ni d'excentrique car j'aime la sobriété des formes et des couleurs. Je ne cherche pas à être vue ni à me faire remarquer.

Sous ma forme angélique, je me pare de deux ailes majestueuses dont les plumes blanches scintillent de reflets irisés. Leur envergure frôle avec le mètre soixante lorsqu'elles sont déployées dans mon dos. Mon armure est faite d'argent blanc avec quelques touches d'or ça et là, mais elle est d'une légèreté incomparable à tout ce que j'ai pu porter. Quant à mon arme, il s'agit d'un arc à flèches. Celles-ci sont faites de bois de cèdre et leurs pointes sont en argent, mais dès qu'elles sont encochées, elles se parent d'une aura identique à la mienne. Elles sont nocives aux démons, mais si elles atteignent une autre cible par inadvertance ou non, l'effet serait soporifique et non mortel.




Derrière l'écran



Pseudo : Chris

Vous certifiez avoir 18 ans ou plus : Et plus encore Wink

Sexe : Féminin

Fréquence de connexion : 7/7jrs

Personnage inventé, Scénario ou Poste vacant ? Inventé.

Comment avez-vous connu le forum ? Lien sur un autre forum et DC

Un petit mot ? Restez des bisounours  Very Happy





CELSIUS




Dernière édition par Riley Salazar le Lun 16 Oct 2017 - 20:34, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange
Ange
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Dim 8 Oct 2017 - 22:39





Votre histoire



- A place between sleep and awake, End of innocence, unending masquerade, That's where I'll wait for you -




Prologue


Je suis née à Radcliff, État du Texas, au début du mois d'octobre 1968. Troisième d'une fraterie de quatre enfants, j'ai été devancée par deux frères et j'ai été suivie par une soeur deux ans plus tard, dix-huit mois si on veut être exacte. Mes parents sont des gens bien, sans histoires. Ils forment un couple solide malgré les hauts et les bas qu'ils ont traversé en dix ans de mariage et quinze de relations. Ils ne sont pas riches, pas pauvres non plus. Parfois, certaines fins de mois sont plus difficiles, mais nous n'avons jamais été dormir le ventre vide ou été vêtus de haillons informes et sales. Ils sont croyants, essayent d'être pratiquants à leur façon : prière avant de manger, prière avant d'aller se coucher, prière pour les enterrements, prière pour les naissances et les mariages. Mais aller à l'église tout les dimanches, ça non. Mon père pense que Dieu est partout et qu'il n'a besoin ni d'une maison ni d'un toit pour se rapprocher des hommes. Il ne voit donc pas d'intérêt à se rendre à l'église dans ces beaux habits tous les dimanches pour faire entendre ses prières pendant qu'un homme le sermonne.

Mon enfance a été compliquée d'une façon différente. Ne pas se sentir à sa place, avoir l'impression d'être transparente, que quoi qui soit dit et quoi qui soit fait, ça n'attire l'attention de personne. Cela donne un sentiment d'abandon, d'indifférence, d'insécurité aussi j'imagine. Je n'avais pas conscience à l'époque que les efforts que je déployais pour être une petite fille modèle faisaient naître chez mes parents un sentiment de fierté et une confiance en ma solidité, ma force de caractère. Je ne comprenais pas davantage que s'ils me prêtaient moins d'attention qu'à mes frères et soeur, c'était parce que je ne leur donnais aucune source d'inquiétude contrairement à eux. Je l'ai mal vécu sur plusieurs années et comme beaucoup d'enfants, en suis venue à me demander si je n'avais pas été adoptée, à observer mes traits pour trouver dans ceux de mes parents la preuve indiscutable que je n'étais pas leur fille, raison pour laquelle ils ne pouvaient m'apprécier et m'aimer.

Mes relations avec mes frères étaient bonnes, avec ma soeur un peu moins. Dernière née, très gâtée, elle faisait ce qu'elle voulait sans jamais se faire disputer. Je l'ai jalousé, détesté même par moments, mais jamais ça ne m'a empêché de vouloir la protéger des attaques qui lui étaient faites. C'était mon droit, pas celui des autres. Je n'avais pas beaucoup d'amis, mais nous étions inséparables. Je suivais plus que je n'agissais et n'intervenais, mais aucune ne m'a jamais tenue rigueur de ce manque d'initiatives. De larmes en éclats de rires, notre amitié s'est renforcée au fil des années. Avec les autres, j'avais beaucoup plus de mal encore à m'exprimer pleinement, à ne pas rester méfiante, distante bien souvent. Je n'avais pas confiance en moi en société, me sentant encore et toujours déplacé, comme une pièce rapportée qui était tolérée du moment qu'elle restait discrète dans son coin.

Je me suis ouverte à l'adolescence, aux premiers émois amoureux, aux premiers succès personnels à l'école. Petit à petit, pas à pas, j'ai osé dire tout haut ce que je pensais tout bas, livrer le fond de ma pensée et de mon coeur pour ne plus suivre bêtement les autres et me retrouver dans des situations désagréables que j'aurai pu éviter. J'ai plu et déplu, mais qu'importe. J'ai été honnête envers moi et ça m'a permis de grandir et de prendre confiance. A dix-huit ans, me voilà partie pour Houston pour suivre des études en arts plastiques et plus particulièrement la sculpture. Mes parents auraient préféré un métier plus prestigieux comme avocate, médecin, comptable ou ingénieur, mais ils m'ont laissé libre de choisir l'avenir qui me convenait. A vingt-deux ans, je sortais diplômée et m'installais en ville avec deux autres amies. La journée, je travaillais dans un atelier de poterie artisanale. En soirée, je donnais des cours créatifs pour joindre les deux bouts chaque mois, avec le secret espoir qu'un jour, je pourrais pleinement vivre de mon art.

Tout bascule pourtant en le 19 avril 1993 quand le siège de Waco se termine par un suicide collectif dont l'une des victimes est ma petite soeur. Comment s'est-elle retrouvée embarquée dans cette secte demeure un mystère, tant pour moi que pour les autres membres de ma famille. A vrai dire, je n'ai appris cette adhésion aux Davidiens que le jour fatidique, ma mère m'apprenant la nouvelle d'un coup de fil. J'avais suivi l'actualité de loin comme tout le monde, mais sans jamais imaginé que la benjamine de la famille pouvait être impliquée dans celle-ci. Je m'en suis voulue de ne pas avoir été plus proche d'elle, d'avoir laisser les liens avec ma famille se distendre en quittant Radcliff pour l'université. J'en ai voulu à mes parents et mes frères d'avoir gardé le silence, de ne jamais avoir évoqué l'endoctrinement de leur fille, de notre soeur par cette secte. La culpabilité est un poids difficile à supporter, la rancoeur également.

J'ai plié bagages et pris la route juste après l'enterrement pour mettre le plus de distance possible entre la douleur et moi. Mais elle ne me quittait pas, quoi que je fasse, pas plus que ce sentiment d'impuissance et ce sentiment de culpabilité qui m'assaillaient aux heures les plus sombres. Je n'étais pas une épave en posant mes valises à Boston, mais je ne vivais pas réellement non plus, trouvant souvent de la compagnie au fond d'une bouteille en quête d'oubli. Un boulot de serveuse dans un McDonald me permettait de payer un petit studio trois pièces et de subvenir à mes besoins les plus élémentaires et je me voyais terminer mon existence de cette façon sans même sourciller à cette idée. C'était sans compter sur l'aide d'un client hebdomadaire qui, petit à petit, sans me bousculer ni se montrer vraiment indiscret m'a amené à parler de moi, d'où je venais, de ce que j'aimais et dans quelle branche je travaillais avant de me retrouver là où j'étais. Quelques semaines plus tard, sur ses conseils, je poussais la porte d'un centre pour personnes avec des déficiences physiques et mentales légères à Augusta. A travers les arts créatifs, ils pouvaient s'exprimer, se détendre et oublier quelques heures leurs différences. La direction cherchait quelqu'un pour animer l'atelier céramique à titre bénévole. J'étais engagée pour les aider, mais franchement, ce sont eux qui m'ont aidé à remonter la pente dans laquelle j'avais glissé par leurs sourires, leurs regards et leurs rires.



Disciple d'un ange


On a tous eu dans la vie un moment donné où ,en une fraction de seconde, tout prend un sens d'une logique implacable. Que ce soit l'instant précis où on comprend que le gars en face de nous est la personne avec laquelle on veut faire un bout de chemin, que ce soit celui où on réalise que malgré tous les efforts du monde, la relation qu'on essaye de maintenir ne mène plus à rien, que ce boulot pour lequel on se lève chaque matin ne nous satisfait plus ou qu'il est temps d'aller de l'avant sans regarder par-dessus son épaule. Les sensations sont peut-être différentes d'une personne à l'autre, le temps d'acceptation aussi, mais le résultat est le même pour tout le monde. C'est un instant T qui va être déterminant pour la suite de son existence. Le mien, c'est le jour où j'ai appris de la bouche d'un  homme que les anges et les démons existaient et vivaient parmi nous, que la mort de ma soeur cadette n'était pas uniquement le fruit de l'aliénation d'un homme, mais aussi la perfidie d'un démon.  On pourrait croire que c'est dur à avaler, mais c'était tout le contraire pour moi. Les zones d'ombre, les zones d'incertitude et d'incompréhension étaient mises sous un éclairage nouveau qui me permettait de trouver les réponses aux questions qui étaient restées suspendues pendant plusieurs mois. C'était un véritable soulagement.

Les démons sont réels. Les anges le sont également et les deux camps bataillent ferme depuis la nuit des temps. Ils avaient trouvé le moyen de se fondre parmi la race humaine en prenant possession d'êtres humains, vivants ou fraîchement morts d'après ce que j'apprends. Mais aucun des deux bastions ne peut survivre sans aide extérieur de la part d'êtres humains. Ils leur sont vitaux à bien des égards et ma première pensée, très égoïste sans doute, est de me dire qu'il suffit de mettre la population au courant pour que les deux espèces se sèchent littéralement sur place et disparaisse de la surface de la terre. On ne peut pas me reprocher d'y avoir pensé, d'avoir pensé à choisir la solution de facilité en premier, même si après réflexion, elle m'a semblé irréalisable du côté des démons puisqu'ils sont moins scrupuleux que les anges quant au choix de leurs humains de prédilection.  Je ne me suis pas dit tout de suite que je voulais prendre par à leur guerre, que je voulais devenir disciple pour régler leurs comptes aux démons et protéger l'espèce humaine. J'avais peut-être quelques raisons sûrement bonnes de m'engager dans ce combat, mais je n'étais pas certaine d'avoir les épaules assez solides en entendant les attentes qu'un ange pouvait avoir envers son disciple. A bien des égards, cette voie est une véritable profession de foi, un sacerdoce en perspective qui demande de l'abnégation, du courage, de la détermination, de la confiance, un minimum de masochisme quand y réfléchit trente secondes et une foi absolue en la cause qu'on décide d'embrasser.

Jusque-là, je ne peux pas prétendre que tout mon parcours de vie m'a préparé à devenir un jour disciple d'un ange. J'ai été élevée dans la religion, mais ça ne fait pas de moi une pratiquante et mes opinions divergent sur de nombreux points par rapport à la bible et l'église catholique. J'ai choisi des études artistiques, pratiqué un peu de sport sans forcément apprécier la compétition au-delà du simple fait de se dépasser soi-même. J'ai fui ma famille et peut-être la cruelle réalité après l'enterrement de ma soeur. Bref, comme candidate, il y a cent meilleurs choix selon moi. Mais il y croit pour sa part et ne me brusque pas pour obtenir une réponse dans la seconde. Il m'a donné les cartes et c'est à moi de décider si je veux jouer ou non. Je me suis fait une liste des pour et des contre, réfléchissant sérieusement à tout ce que cette nouvelle vie implique de près ou de loin.

La décision prise, le plus difficile a été d'abandonner les patients auprès desquels j'avais retrouvé le goût de vivre.  J'adorais chaque minute passée en leur compagnie et ça m'a fendu le coeur de devoir leur dire adieu pour intégrer The Gates. La première impression sur le complexe angélique est un mélange d'admiration et d'appréhension, mais la rencontre avec le leader des anges a finit par me rassurer et la présence à mes côtés de Sébastien est parvenue à me détendre.  Toutefois, l'idée que prochainement, nous partagerons une certaine intimité me rend nerveuse. Jusqu'à présent, notre relation était amicale, tendant peut-être vers quelque chose de plus sentimental, mais chacun restait vraiment prudent quant à l'expression de sentiment. Savoir que pour lui, la relation sexuelle est quelque chose d'indispensable pour survivre a de quoi mettre sous pression. Lyra ne prend pas de gants pour aller au fond de la discussion, mettre en avant tout ce qui risque d'être difficile à gérer pour moi comme pour lui si nous maintenons notre décision.

Par moments, elle me donne l'impression de chercher à me faire fuir, mais régulièrement, elle m'assure que malgré son ton et le choix de ses mots, elle cherche surtout à ce que mon choix soit motivé par de bonnes raisons. Elle ne veut pas que je regrette quoi que ce soit. Elle dépeint une situation entre les anges et les démons plus sombre que ce que Sébastien a pu m'en dire, les difficultés rencontrées par les disciples, entre disciples, avec les anges présents au sein de The Gates aussi. Si j'avais eu un doute et espérer que j'allais vivre un conte de fées version angélique, elle m'aurait carrément ramené les pieds sur terre en prévoyant que ma vie aurait des airs d'enfer sur terre dans les semaines, les mois et les années à venir. Plusieurs fois, la main de Sébastien se resserre autour de la mienne, rassurante. Son choix aussi est évalué et mis sur la balance de la doyenne pour s'assurer qu'il est pleinement conscient de ses responsabilités à venir envers moi. Au bout de deux heures de discussion, nous obtenons son approbation et l'assurance que sa porte sera toujours ouverte en cas de besoin.

La formation de disciple commence dès le lendemain et c'est tout sauf une partie une sinécure. Entre les épreuves d'endurance, d'agilité, de force, de rapidité en matinée et les apprentissages des combats à mains nues, aux armes blanches et aux armes à feu dans l'après-midi, je n'ai ni le temps de m'ennuyer et je suis bien trop fatiguée pour me plaindre. Les premiers jours, je cumule les bourdes et les échecs. J'ai l'impression de sentir pour la toute premier fois chacun des muscles de mon corps et je n'imaginais pas qu'ils étaient aussi nombreux. A l'épuisement physique s'ajoute parfois l'épuisement nerveux. Ne pas se sentir à la hauteur est une chose, lire dans le regard des autres, anges ou disciples, qu'ils pensent exactement la même chose et ne vous trouve pas du tout à votre place en est une autre encore plus désagréable. Je mords sur ma chique pour ne pas répliquer aux remarques que je peux entendre, pour ne pas réagir aux regards qui me pèsent dans le dos. Je ne suis pas au-dessus de ça, mais je ne m'abaisserai pas à ça non plus. Je me suis engagée pour botter le cul des démons, pas ceux des êtres avec lesquels je partage une cause, un idéal et une vie. Il faut un bon mois à mon corps pour cesser de me faire souffrir toutes les trente secondes et à chaque mouvement. Les pires entraînements sont ceux pris en charge par Sébastien et ceux sous la surveillance de Denyra, l'ange de la discipline. Elle n'a pas volé sa tutelle et sait se faire entendre comme obéir comme vous en faire baver jusqu'à ce que vous ne puissiez plus vous relever.

Au fil des mois et des entraînements, je m'améliore sur le terrain et l'arrivée de nouveaux disciples me relègue peu à peu dans le rang des plus vieux. Je manque toujours de force, mais je compense en vitesse et en souplesse et si au corps en corps, je fais encore mauvaise figure, je suis parmi les plus douées avec un arc ou une épée entre les mains, même si je préfère nettement l'arme de jet. Ma relation avec Sébastien évolue également. Il nous arrive parfois d'être en désaccord, de ne pas nous écouter ou de rester braquer sur nos positions, mais nous finissons toujours par parvenir à discuter et trouver des compromis qui ne lèsent aucun de nous deux. Si vous vous posez encore la question, sachez que l'ego d'un ange n'a rien à envier à celui d'un être humain ! Il est même sacrément plus grand et frise avec le narcissisme par moments.

Sur le terrain, nous formons un tandem solide, quoi qu'encore en déséquilibre. Il doit trop souvent encore à mon goût veiller sur moi et je ne suis pas encore suffisamment indépendante pour lui être d'une vraie utilité. Mais comme l'a mentionné à plusieurs reprises Lyra depuis mon arrivée, c'est une chose d'apprendre à se battre et se défendre, c'en est une toute autre de savoir le faire dans la réalité d'un combat face à un adversaire qui veut votre peau. L'expérience acquise face à un démon vaut parfois plus que des heures de mises en situations sur un champ d'entraînement. Je commets des erreurs et j'en retire quelque chose, que ce soit à ne pas refaire ou à changer dans ma manière de penser ou de réagir. J'ai été plusieurs fois blessée, mais jamais mortellement et je reconnais volontiers que l'Elixir aide pas mal au temps de récupération et qu'il y a plus désagréable comme façon de prendre du repos.

Au début des années deux milles, quelque chose change dans ma relation avec Sébastien. Je ne m'en pas compte tout de suite à vrai dire, mais même lorsqu'il est loin de moi, je suis sensible à ce qu'il ressent, à ce qu'il pense. Lorsqu'il n'est pas auprès de moi, qu'il soit quelque part dans The Gates ou en-dehors de ses murs, je me sens capable de le retrouver n'importe où sans aucun problème. En combat aussi notre duo est différent. C'est comme si je savais par avance ce qu'il va faire et pourquoi, me mettant automatiquement à son diapason pour l'aider, le soutenir ou compléter son action selon la nécessité du moment. Comme tous les disciples, j'ai connaissance que le stade suivant est celui d'âme soeur, mais ce n'est qu'en passant ce plafond de verre que je réalise à quel point le changement de statut est important. Je me suis accrochée quelle que soit la difficulté et la douleur. J'ai donné tout ce que j'avais et parfois bien plus pour devenir un véritable combattant au fil des années. Je vois ce stade comme une récompense et j'en suis fière. Mais je n'oublie pas par quoi je suis passée pour l'atteindre et le mériter.

Du reste, il me reste tant de choses à apprendre, à apprivoiser encore pour devenir aussi douée et alerte que l'ange qui est à mes côtés que j'ai la certitude qu'une vie entière n'y suffira peut-être pas. Aussi, les années suivantes, je ne me relâche pas et redouble d'efforts lors de chaque entraînement et de chaque mission auxquelles j'ai le droit de participer. J'apprends à faire des mes faiblesses des forces quand je remets en question mes forces pour ne pas être prise au dépourvu si elles venaient à me manquer pour une raison ou une autre. Grâce à Sébastien, aux instructeurs angéliques du bastion, j'aiguise encore mes cinq sens jour après jour et apprends de nouvelles techniques de combats voire de survie qui peuvent m'être nécessaire si quelque chose tourne mal. Un temps, quand j'étais jeune disciple, je m'étais imaginée que je recevrais un entraînement condensé pour être rapidement active. Avec le recul, je réalise à quel point je me suis méprise. Chaque entraînement est poussé et complet, et les anges instructeurs sont capables d'être imaginatifs, peut-être même un brin sadique, quand il s'agit de les renouveler, de les modifier. Je les ai trouvé exigeants et intransigeants par moments. Les deux sont montés d'un cran à chaque fois que je me suis surpassée pour parvenir à répondre à leurs attentes, tant et si bien qu'aujourd'hui, je fixe toujours la barre plus haut qu'eux.

J'ai changé physiquement autant que psychologiquement aussi. Je suis toujours humaine. J'éprouve toujours de la compassion pour les faibles, de la tendresse envers les animaux et les enfants, de la gourmandise ou de la curiosité pour tout ce qui m'intéresse et m'intéresserait, mais je ne suis plus aussi prompte à prendre la fuite, à baisser les bras qu'autrefois. Aujourd'hui, j'affronte mes problèmes, mes craintes et mes doutes sans chercher de porte de sortie, sans cette boule au ventre qui me tenaillait autrefois. Je ne me cache plus dans mon coin, je ne reste plus en retrait. Quand quelque chose m'agace et me déplaît, je le fais savoir. Quand je trouve qu'il y a une injustice, j'interviens. Je me sens à ma place, au bon endroit, dans le bon camp pour moi.



Ange de la nuit et du sommeil


15 avril 2013, Boston.

Nous avons eu vent d'une information selon laquelle les démons prépareraient quelque chose lors du marathon qui doit se tenir en ville. Plusieurs anges et disciples sont sur place pour s'assurer de la véracité de celle-ci, certains parmi la foule de spectateurs, d'autres parmi les participants de la course, d'autres encore explorant les artères aux alentours pour repérer des agissements suspects. Sébastien m'a assignée près de la ligne d'arrivée pendant qu'il survole discrètement le trajet de la course et jusqu'à présent, je n'ai rien remarqué de suspect de mon côté. Je ne relâche pas mon attention, mais je me demande néanmoins si cette info ne serait pas une intox pour détourner notre attention ailleurs pendant qu'un événement bien plus grand se prépare. Il y a un peu plus de 42km de course pour les participants. Un incident peut se produire n'importe où à vrai dire. C'est comme repérer une aiguille dans une botte de foin. Les premiers coureurs franchissent la ligne d'arrivée sous les acclamations sans aucun problème et les autres se suivent les uns après les autres de la même façon. Deux heures se sont déjà écoulées depuis que les vainqueurs soient connus et certains anges se sont déjà repliés quand une explosion se fait entendre non loin de l'endroit où je me trouve. Dans la panique, les gens se bousculent pour s'éloigner de la zone d'attentat, ne prêtant plus aucune attention les uns aux autres. Une femme tombe en entraînant sa fille dans sa chute et je les aide à se relever rapidement pour qu'elles puissent s'éloigner.

Ça ne me prend que quelques secondes, mais ça suffit amplement pour qu'une seconde bombe explose à proximité. Le souffle me fait voler en arrière et ma tête heurte violemment un mur. Je reste sonnée quelques instants avant d'être capable de me redresser et malgré les paillettes qui dansent devant les yeux, je me fraye un passage dans la foule qui fuit en sens inverse de l'explosion. La vision d'horreur qui m'attend me glace le sang, émotion que je partage avec Sébastien sans doute car dans l'instant, je ressens toute sa chaleur rassurante qui m'envahit. Les blessés se compte par dizaine, peut-être plus. Certains ont des membres amputés et hurlent à plein poumons quand d'autres restent figés comme dans du marbre, trop choqués pour ressentir ou émettre quoi que soit d'autre que l'incrédulité.

Je me sens impuissante face à la situation, mais je m'approche pour aider un homme qui pisse le sang sur le trottoir, récupérant sa ceinture pour lui faire un garrot en urgences. Plus loin, une fillette pleure à chaudes larmes en essayant de réveiller sa mère. D'un doigt sur sa gorge, je la rassure en lui expliquant qu'elle a simplement perdu connaissance. Comme d'autres, je fais ce que je peux et c'est bien maigre, en attendant que les secours arrivent pour prendre le relais. Je croise brièvement le regard de l'ange de la compassion venu apporter son soutien, en voit d'autres également faire leurs offices auprès des victimes. En découvrant une personne âgée blessée à l'abdomen, je m'assieds à ses côtés pour compresser la plaie de toutes mes forces en lui demandant de tenir bon. Il veut que je le laisse mourir et m'occupe des vivants, ce à quoi je rétorque qu'il lui reste de nombreuses années à vivre au contraire et qu'il doit se battre pour survivre. Je le sens s'éteindre sous mes doigts et les larmes me montent aux yeux, coulent sur mes joues et tombent sur sa chemise déjà ensanglantée.

Je ne réalise pas immédiatement qu'elles tombent en goutte de sang et l'arrivée des secours me soulage assez pour que je l'oublie aussitôt. Il est pris en charge et je m'adosse au mur tout proche en lâchant un soupir. Ma tête est vrillée par une énorme migraine et je ferme les yeux. Peu à peu, j'ai la sensation d'être enveloppée par une douce chaleur accueillante, rassurée par une bienveillance immense. De très loin, je peux entendre la voix de Sébastien qui tente de me réveiller, mais je suis si fatiguée que je n'ai pas envie d'ouvrir les yeux ni  même le courage de lui répondre.... Quand celui-ci me revient, quand je croise le regard de mon ange gardien, je peux y lire sa crainte, son soulagement et son étonnement ?... Non, c'est plus que ça, mais je ne sais pas quoi. Il m'aide à me relever et m'entraîne à l'écart sous le regard d'autres anges et quelques disciples qui m'observent avec cette même étrange lueur au fond des yeux. C'est à cet instant précis que je réalise que je peux ressentir leurs émotions à eux aussi et même celles d'autres anges qui sont à proximité, parmi la foule ou dans les airs. Incrédule, je cherche Sébastien du regard pour qu'il m'explique ce qui m'arrive et je suis frappée par la certitude que notre relation a cessé d'exister.

« Non !... Noooon ! »
« Tu as gagné tes ailes, Riley... »

Je refuse cette idée et secoue la tête pour la réfuter. Je n'en veux pas de ses ailes ! J'aime ma vie telle qu'elle est et je n'ai rien fait pour mériter celles-ci. C'est vrai quoi. Il faut au moins un acte extraordinaire, du genre tuer un démon majeur ou sauver plusieurs vies au péril de la sienne pour mériter de devenir un ange. Tout ce que j'ai fait, c'est apporter un peu d'aide et de réconfort après une explosion. Il n'y a vraiment pas de quoi prendre un tel galon ! C'est alors qu'elle se fait entendre, la voix la plus douce que j'ai jamais entendu à mes oreilles. Elle a le même ton que mon père quand il prenait le temps de me consoler. Ses mots sont comme un baume sur mon coeur et mon âme. C'est sa volonté, ma récompense pour m'être oubliée quand d'autres souffraient autour de moi, en ne pensant qu'à eux. Notre conversation est à la fois courte et très longue, mais quand elle s'achève, je me sens apaisée et plus sereine.

« Qu'il en soit ainsi, Mon Père », murmure-je en levant les yeux vers le ciel.
« Bienvenue parmi nous Sìtheil »


Mes premiers mois comme ange n'ont pas été faciles. Ce n'est pas si aisé de passer d'un statut à l'autre, d'être consciente de tout ce qu'on a abandonné et perdu et de tout ce qu'on a gagné en contrepartie. Le plus difficile est sans doute de se souvenir de ma relation avec Sébastien tout en éprouvant plus aucun sentiment ni désir à son égard, et réciproquement. Je sais que ce que nous avons vécu était réel et sincère, mais l'absence de douleur au coeur et à l'âme quand je le regarde me laisse une impression étrange. Lyra m'apporte son aide et son soutien pour accepter cette transition, m'éloignant de mon ancien ange gardien le temps que je sois en mesure de le croiser sans me sentir frustrée. Souvent, pendant la nuit, je reste éveillée, perdue dans mes pensées jusqu'au levé du soleil. Ça doit faire six mois que je suis loin de The Gates quand me parviennent les premières prières que je ressens comme un appel personnel. La première fois que j'y réponds, je ne sais ni quoi dire ni quoi faire, mais je réalise assez vite que ma présence est suffisante pour apporter la paix nécessaire pour que le sommeil s'apaise. Je n'ai pas choisi ma tutelle, elle s'est imposée d'elle-même ou peut-être est-ce là la volonté de Dieu. Quoi qu'il en soit, je prends mon nouveau rôle au sérieux et m'y consacre entièrement. Quand, trois années plus tard, je regagne The Gates, je découvre que Lyra vient juste de partir du bastion, laissant ce dernier aux bons soins d'Anthéa. Avec la doyenne s'est en allé Sébastien et d'autres anges également.

Je reprends les entraînements comme du temps où j'étais un disciple, mais peut à présent quitter The Gates et me fondre parmi la population en exerçant un métier. J'ai parfois encore du mal à me sentir totalement en phase avec l'être que je suis aujourd'hui, mais j'y travaille jour après jour. Être un nouvel ange, ça doit s'apprendre également, du moins est-ce ma vision des choses quand on n'est pas né sous cette forme directement. Pour l'heure, je n'ai pas encore rencontré quelqu'un dont je souhaite faire mon disciple, mais je fréquente quelqu'un pour obtenir de l'Élixir. J'ai fini par oublier ce que c'était d'être avec Sébastien, d'en générer entre nous... et c'est aussi bien ainsi. Les souvenirs s'estompent et l'avenir brille devant moi. Il n'appartient qu'à moi de faire en sorte de mériter mes ailes pleinement dorénavant.



CELSIUS




Dernière édition par Riley Salazar le Lun 16 Oct 2017 - 20:25, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha de la Meute
Alpha de la Meute
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Dim 8 Oct 2017 - 22:48

Bienvenue à toi et bonne chance pour la suite de ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
En formation
En formation
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Dim 8 Oct 2017 - 22:59

Bonjour ! Un autre ange, ça fait plaisir. Very Happy (et c'est pas moi qui l'ai amené celle-là promis Wink )

Bienvenue parmi nous et bonne chance pour la suite de ta fiche. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange
Ange
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Dim 8 Oct 2017 - 23:07

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prophétesse
Prophétesse
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Dim 8 Oct 2017 - 23:40

Bienvenue à toi Riley  cheers

Bon courage pour la suite de ta fiche et surtout merci de t'être intéressée à Divine.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garde-forestier
Garde-forestier
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 9 Oct 2017 - 0:03

Bienvenue. J'aime bien le pouvoir que tu as choisi, avec ses avantages et ses failles.

Bon courage pour ta fiche.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ange
Ange
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 9 Oct 2017 - 0:15

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée de chair
Poupée de chair
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 9 Oct 2017 - 19:00

Bienvenue à toi pig
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pasteur
Pasteur
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 9 Oct 2017 - 19:38

Bienvenue Riley,

Les anges font le plein en ce moment, ça fait plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Sorcière
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 9 Oct 2017 - 21:53

Bienvenue sur Divine Temptation !

Excellent choix de célébrité ! J'adore !

Au plaisir de lire ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Directrice du Dante's
Directrice du Dante's
avatar
Particularité(s) : Corps recouvert de tatouages
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Mer 11 Oct 2017 - 10:04

Bienvenue à toi par ici !
Bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pop star
Pop star
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Mer 11 Oct 2017 - 11:31

Bienvenue et bon courage pour ta fiche Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha solitaire
Alpha solitaire
avatar
Créateur : Son Père
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Mer 11 Oct 2017 - 15:43

Bienvenue chez nous Riley!

Comme mes camarades, je suis très heureuse (oui, IRL je suis une fille) de t'accueillir ici en tant qu'Ange! (Je suis aussi Jade.)

Bon courage pour la fin de ta fiche (qui me plaît bien!) et au plaisir de te lire bientôt!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange
Ange
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Mer 11 Oct 2017 - 22:17

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prophétesse
Prophétesse
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 16 Oct 2017 - 12:19

Coucou Riley

Comme toujours tes fiches sont parfaites, à ériger en modèle quasiment.
Riley a écrit:
Je reprends les entraînements comme du temps où j'étais un disciple, mais peut à présent retravailler aussi dans le centre pour personnes déficientes qui me tenaient tant à coeur autrefois

Il n'y a que ce passage qui nous a fait réagir dans le sens où le retour de Riley au dispensaire pourrait représenter un danger pour ton personnage et ses protégés car elle pourrait être repérée par un démon qui pourrait profiter de ce lien et rattacher l'humaine qu'elle fut à ce qu'elle est devenue.

Sinon, l'ensemble de ta fiche est bien amené et tu maitrises parfaitement ton sujet. Le rappel à Lyra m'emplit de nostalgie...

Bref, tu es validée haut la main et je t'ouvre donc en grand les portes du forum pour que tu y fasses tout plein de rp!

Amuses-toi bien avec ton nouveau personnage!  cheers

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange
Ange
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil   Lun 16 Oct 2017 - 20:23

Bonsoir,

Faut rien exagérer ^^' J'aime juste savoir d'où mes personnages viennent pour mieux me les approprier ^^
Je n'avais pas pensé à ce détail, je vais donc changer mon fusil d'épaule et retirer la partie de phrase problématique Smile

Et merci pour votre attention et la validation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Riley Salazar - ange de la nuit et du sommeil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baptêmes de Nuit, Ange & Ténébreux [pv le clan ♥️]
» Ange gardien
» La nuit du renouveau.
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Temptation :: Incarnation :: Fiches en cours-
Sauter vers: