AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Elora Argyre
Sorcière
Elora Argyre
Dim 6 Jan 2019 - 23:24
 




Elora Argyre




« La magie sait être l’expression des sagesses les plus hautes comme celles des plus terribles folies.»
Philippe Cavalier


Identité
Date de naissance : 16 septembre 1996

Lieu de naissance : Thessalonique

Nationalité : Grecque

Âge apparent :

Âge réel : 23 ans

Profession : Voleuse...de père en fille

Orientation sexuelle : Hétéro

Groupe : Les Sorciers

Signe(s) particulier(s) : Rien.. sauf mes capacités de voleuse.

Avatar : Kate Lambert (Kato)


Magie pratiquée

Disons que j'apprends à être runiste. C'est ma voie, celle qui s'est imposée à moi. Cela veut dire la divination, mais pas seulement. Les runes sont partie intégrante du monde mythologique scandinave et chaque rune est en lien avec un dieu, mais aussi avec la Nature et les éléments. C'est une magie complexe et complète, une voie difficile qui permet aussi bien de se défendre grâce à des sorts de protection que d'attaquer quelqu'un au besoin. Et cela ne se fait pas sans dommage. C'est une magie gourmande en énergie, chemin nébuleux sur lequel je m'engage.


Qualités
• Curieuse • Débrouillarde •  Espiègle


Défauts
• Dissimulatrice • Menteuse quand ça l'arrange • A tendance à considérer que les affaires de ses proches sont aussi les siennes. •  Susceptible


Caractère

Je suis une personne assez facétieuse. J'aime faire des blagues, être espiègle, faire rire mon entourage, leur jouer des tours. Je préfère quand les gens sont légers et joyeux même si ce n'est pas toujours vrai au fond. La vie est plus belle et intéressante le sourire aux lèvres. Ça ne m'empêche pas d'avoir mes zones d'ombre. Déjà je suis orpheline et il m'a toujours manqué l'amour d'une mère. J'ai du mal à trouver un juste milieu dans mes relations, pot de colle fusionnel ou distante. Je ne suis pas d'un naturel facile non plus. Je n'aime pas les contraintes, mon père avait horreur de ça et moi aussi on dirait. Je ne suis pas toujours honnête, avec les gens que je ne connais pas. Par contre je suis loyale et fidèle en amitié. En amour... Je n'ai pas trouvé, ni cherché à m'attacher d'ailleurs.

Je suis curieuse de tout, d'essayer et goûter avant de dire non. J'aime apprendre, découvrir et le monde des runes est sans fin de ce côté-là. Je suis persévérante aussi, n'aimant pas l'échec ni butter sur quelque chose. Je suis capable de patience, de ténacité, d'être méticuleuse et appliquée quand il le faut, méthodique. Je me donne les moyens de réussir.

Sportive, je suis fine et élancée, habituée à une activité intense alliant souplesse et endurance, ce qui me permet d'avoir une silhouette avantageuse, mettant mes formes en valeur. Je suis coquette, aimant me montrer sous mon meilleur jour. Je varie selon les humeurs quant à mon style vestimentaire et la couleur de mes cheveux.

En revanche, malgré les apparences, je manque de confiance en moi sortie de mes domaines de compétences et dans les relations humaines. Je fais en sorte de ne pas montrer mes faiblesses, ni mes peurs, et je ne pleure jamais.




Derrière l'écran

Un surnom ? : Kawet

Vous certifiez avoir plus de 18 ans : Voui

Comment avez-vous connu Divine ? : Une vieille connaissance maintenant

Un commentaire ? : Une sorcière pour changer!


Revenir en haut Aller en bas
Elora Argyre
Sorcière
Elora Argyre
Dim 6 Jan 2019 - 23:25
 




Votre histoire



Dans une rue de New York, Elora bouscule un homme.

"Oh pardon Monsieur, jétais perdue dans mes pensées je n'ai pas fait attention. Oui, oui je vais bien, je vous assure. Si je suis majeure? Oui. Perdue? Un peu. Avec des problèmes ? Ça va, je sais me débrouiller. Si j'ai besoin d'aide? Non, merci. Si j'ai faim? Oui.... Je vous raconte mon histoire et vous me payez un menu ? Franchement,  vous allez vous ennuyer Monsieur. Vous êtes sûr? Bon, d'accord....Je m'appelle Elora Argyre. Je suis grecque par mon père, de Thrace et italienne par ma mère, de Lombardie. J'ai perdu ma mère très jeune. Elle est partie chez les Anges comme on dit, j'avais cinq ans. Mon père est tombé dans la bouteille et mes frères sont partis. Ils étaient grands déjà et pas envie de rester avec un poivrot violent qui leur piquait le fric de la journée pour se soûler et leur mettre sur la tronche après. Moi j'ai pas eu le choix. Je les ai jamais revus. Pas sûr de les reconnaître si je les croise. Et puis j'aurais pas envie de faire causette avec eux de toute façon. Je suis restée avec mon père. Il était dur avec moi, fort en gueule mais j'étais sa princesse, la petite dernière. Portrait craché de ma mère en plus parait-il... J'en sais rien, j'ai même pas de photo d'elle et je n'ai plus qu'un vague souvenir. Elle est morte d'un coup. Un truc foudroyant. Bref....

Mon père ne savait pas vivre tout seul alors j'ai vu défiler un paquet de nanas. Heureusement il y avait l'école. C'est là que je me sentais le plus à l'aise. J'ai toujours été très curieuse à poser des milliers de questions sur tous les sujets, à démonter les trucs pour savoir comment c'était fait. Et la plupart du temps j'arrivais à les remonter. Bon, les trucs simples hein, mais j'ai vite été bricoleuse. Le week-end, pour gagner des sous, mon père m'emmenait avec lui pour prendre des objets chez ses amis, pour les vendre. Avec leur accord bien sûr... mais je ne comprenais pas alors pourquoi il fallait passer par le sous-sol ou la fenêtre derrière la maison plutôt que sonner et prendre un bon café d'abord... et puis c'était les bijoux qu'il fallait prendre, pas autre chose. Je ne savais pas que c'était ça, voler. La gamine ne voyait que le jeu et l'interdiction de se faire voir ni attraper. J'ai vite excellé parce qu'en plus j'ai découvert que j'aimais faire des acrobaties. Légère et fine, je ramenais de jolis trésors à mon père. Une fois j'ai pris une boîte à musique parce que je la trouvais jolie. J'aurais voulu la garder pour moi mais mon père l'a vendue aussi. Du coup, j'ai appris à prendre des choses pour moi, petites et faciles à cacher.

Les choses se sont gâtées quand j'ai eu 13 ans. Une personne est rentrée inopinément chez elle, m'a vue, m'a enfermée dans une pièce et a appelé la police. Je n'avais jamais été condamnée mais mon père oui et le juge des enfants à préféré me placer plutôt que de me laisser retourner chez moi. J'ai atterri chez une famille assez bourgeoise, à Athènes, arrivée il y a peu en Grèce pour le travail. Ils venaient de Scandinavie. Elle de Norvège, lui du Danemark. Leurs deux enfants étaient plus jeunes que moi, en âge encore qu'on leur lise des histoires le soir. C'est comme ça que j'ai entendu parler pour la première fois des dieux scandinaves et leur mythologie. Bon, je connais bien la grecque donc je n'ai pas été étonnée d'entendre des choses extraordinaires, j'ai l'habitude. D'ailleurs il y a des ressemblances entre les deux. Mais comme d'habitude j'ai été curieuse. Les parents ont pris ça pour le moyen de créer un lien avec moi. Ils m'ont montré beaucoup de choses de leurs pays, m'ont appris leur langue comme je les ai aidés à s'améliorer en grec. Mais le tournant de ma vie s'est fait quand j'ai vu des runes pour la première fois. J'étais plus que tout attirée par tous les symboles que je voyais sur leurs bijoux.

Et un jour Solveig a ouvert un livre devant moi, l'Edda, illustré, en grand format, compilation de tous les manuscrits retrouvés. Banal ? Bah non. Pas du tout. Ces drôles de lettres bâton au trait épais, entre symbole, géométrie et alphabet m'ont sauté au visage comme si elles voulaient se faufiler dans mon cerveau et y murmurer des mots inconnus que pourtant je comprenais. Bizarre? Attendez. Ma tutrice m'a dit que je suis restée 4 heures devant sans rien dire, immobile, les yeux vissés sur la page. Or pour moi, les lettres dansaient en farandole devant moi, me racontaient des histoires fantastiques, me montraient des gens, des paysages, des guerres et des fêtes. Le charme s'est rompu brusquement, me ramenant à la réalité quand le téléphone a sonné. Son dérangeant bien souvent, que j'ai appris à ignorer au besoin. Je suis partie me coucher direct pour penser tranquillement à ce que j'avais vu. J'ai compris d'instinct qu'il valait mieux ne pas parler de ça. J'ai rouvert le livre bien plus tard, une nuit. Je ne voulais pas de témoin. Les lettres se sont remises à danser aussitôt, scintillant sous la lumière de la lampe de poche, à l'abri sous ma couette. Certaines se détachaient plus. J'ai refermé le livre. Je n'étais pas prête à me jeter dans quelque chose que je ne comprenais pas. Et puis j'ai eu un peu peur...

L'année de placement et la peine de prison de mon père prenant fin, je suis retournée chez moi. J'ai tourné le dos à la mythologie scandinave et aux runes, à cette famille qui m'avait accueille aussi. Rapidement j'ai voulu oublier cette période, l'enfouir dans un tiroir lointain de ma mémoire. J'avais 14 ans et envie de m'amuser, d'insouciance, de faire des conneries aussi. Et pour ça il y avait mon père. En prison il n'avait pas perdu son temps, faisant des rencontres qui lui firent changer de type de projets. Il voyait les choses en bien plus grand. On a eu une discussion tous les deux. Bien sûr qu'il était voleur mais plus alcoolo, et non, il n'avait pas l'intention d'en rester là. Il voulait le meilleur pour moi, une vie plus douce et confortable et le seul moyen qu'il voyait c'était monter des coups et pour cela il avait besoin de moi. Et j'ai dit oui, pas envie de tourner le dos à mon père, d'autant qu'il avait toujours essayé de faire au mieux pour moi, à sa façon. On est partis vivre à Florence pas loin d'un gars qu'il avait connu en prison qui le rencardait sur les coups à tenter. Là, j'ai appris à vraiment voler. Aussi bien dans la rue le portefeuille d'un passant que dans des galeries mal gardées la nuit. J'ai pris goût à l'art et aux jolies choses. Bien sûr, pour ça il a fallu que je développe certains talents. Débrancher une alarme, détourner des caméras, escalader et sauter, passer par les toits, les égouts ou les conduits d'aération, me cacher dans un espace réduit....patience, contrôle de mon corps. Petit à petit, j'ai pris confiance en moi, profitant d'une certaine richesse, apprenant les ficelles du métier. J'ai appris à mentir aussi, bien mieux qu'avant. Mais ça n'eut qu'un temps. J'avais à peine17 ans quand la police nous tomba dessus dans une réserve annexe d'un musée où nous étions en train de voler deux tableaux. Retour à la case prison pour mon père et foyer fermé pour moi. Pas question de me placer cette fois, j'étais trop âgée et puis, installer une voleuse chez des gens, ce n'était pas possible. Pas de sortie, pas de loisirs. L'école, une bibliothèque et un gymnase. Voilà mon univers.

Remise à niveau scolaire, curiosité à combler, entretien physique. Triptyque classique. Même si ma liberté m'a manqué, j'ai un peu trouvé mon compte et retrouvé un certain calme, une structure que mon père ne m'a jamais apporté, ni personne en fait sauf durant cette année placée dans une famille à Athènes. Un an à tirer avant que le système ne me considère plus comme un bébé à protéger alors que je ressemblais bien plus à une femme qu'à une petite fille... et je ne me comportais plus comme telle en tous cas et les garçons ne s'y trompaient d'ailleurs pas mais ça, ça ne vous regarde pas....

Mon quotidien est devenu morne et terne et mis à part le plaisir inouï de faire tourner mes gardes-chiourmes en bourrique, je m'ennuyais ferme. Jusqu'à tomber pendant une punition qui consistait à ranger et classer la réserve de la bibliothèque sur un vieux livre avec cette couverture.

Immédiatement je recouvrais le livre par un autre, n'étant pas seule. Je savais très bien dans quel état je pouvais tomber si je regardais la rune. Je n'avais finalement pas oublié, bien sûr que non... Nous avions la chance d'avoir dans cette sorte de pensionnat-mini prison chacun sa chambre et une relative liberté concernant ce que nous y mettions. J'embarquais le livre, coincé entre deux autres, avec la permission de la bibliothécaire, un peu surprise de mes choix: bricolage, mythologie, jardinage. Cette fois-ci j'avais bien l'intention de découvrir pourquoi ces symboles avaient tant d'effet sur moi et comment. J'attendis le soir pour être tranquille et sortir l'ouvrage. Le livre scintilla aussitôt dans la chambre, la rune se détachant en doré dans la pénombre. Je posais la main dessus d'un geste timide qui ne me ressemblait pas. Et, comme la première fois, je fus embarquée hors de l'espace et du temps, mise face à un géant que je reconnus aussitôt à son marteau. Je retirais ma main de surprise mais le symbole resta en l'air quelques secondes avant de s'estomper. J'ouvris le livre, une encyclopédie des mythes et mythologie nordique où je découvris les principaux dieux mais aussi les runes futhark et autres symboles primordiaux. Présentation succincte que je dévorais d'une traite sans me préoccuper du temps qui passait.

A partir de là, j'ai passé mon temps dans la bibliothèque et sa réserve à la recherche d'autres livres. J'en ai trouvé un peu mais rien de spécifique sur les runes. Quelques illustrations mais rien de bien net. Or, c'est bien ces symboles qui m'intéressaient et m'attiraient inexorablement. J'ai surfé sur le net à la recherche d'informations mais je n'avais qu'un accès limité à l'ordinateur et plus de téléphone portable (confisqué par la police à mon arrestation), et plus d'argent pour acheter quoique ce soit. J'ai donc patienté, conservant le premier livre avec moi, le connaissant par cœur assez vite. Les runes futhark y étaient toutes présentées et j'ai au moins pu les apprendre et les dessiner. Au fur et à mesure que je les faisait correctement, elles prenaient comme consistance sur mon cahier, ce que je ne m'expliquais pas.

Les mois passèrent, à mon goût bien trop lentement, mon anniversaire approchant, ce qui signifiait que je serais enfin libre puisque adulte, échappant aux services sociaux des mineurs. Cela voulait dire qu'on ne me ferait pas de cadeau ensuite au vu de mes précédentes arrestations, mais que je serais libre d'aller où bon me semblait et faire ce que je voudrais. Je savais que mon père, récidiviste, était en prison pour encore deux ans, ce qui me laissait seule. Une fois dehors, je commençais par aller dans le quartier touristique de Florence et par voler de quoi manger. Bah oui, on ne m'a rien donné, même pas un euro. J'ai bien vu les policiers mais je suis restée discrète et hors du champ des caméras. Je n'avais pas perdu la main et je me retrouvais avec un téléphone, un portefeuille bien garni dont une Amex que j'utilisais pour m'acheter des vêtements et le minimum vital, et dont je tirais au distributeur tout l'argent possible. Le lendemain, je m'occupais de changer d'apparence, adoptant des cheveux presque blancs et un look sage, passe- partout. Direction la compagnie de bus grandes lignes, vers Copenhague dans un premier temps. Je me débrouillais suffisamment en anglais pour ne dépendre de personne. J'acquis un guide des runes bien plus complet et de meilleure qualité, où elles brillaient de mille feux. Je me mis en quête d'en voir en vrai, et le plus simple fut d'aller au Musée National. Gravées sur des bijoux, du bois, de la pierre, elles étaient là, devant mes yeux. Impossible de les toucher mais elles m'aimantaient et je ne quittais la salle qu'à la fermeture. Les boutiques proposaient heureusement des produits dérivés et pour une fois, je jouais les touristes modèles en achetant un jeu de runes en argent dans un petit pochon en velours noir. Je ne voulais pas les voler. Les manipuler fut une autre étape à laquelle je passais des heures, et encore aujourd'hui. J'ai toujours ces runes d'ailleurs aujourd'hui et toujours sur moi. Elles ne sont pas les plus belles, mais elles sont à moi et je ne m'en sépare jamais.

Comprendre comment m'en servir fut le plus long et occupe toujours mes recherches. Ça fait maintenant trois ans que je cherche toujours plus d'informations, que je cours les collections privées exposées et livres précieux pour comprendre et apprendre cette magie qui m'a saisie. Je me renseigne sur la divination, les tirages et les interprétations mais c'est le moyen le plus facile et officiel d'approcher ce qui m'intéresse le plus, leur magie. Oh, j'ai fait des rencontres, mages de pacotille et autres charlatans qui doivent se demander comment ils ont été assez bêtes pour penser que je succombais à leurs charmes avant de se retrouver au petit matin sans leurs précieuses richesses et sans argent. Oui, j'aime bien voler les voleurs... Ça me permet souvent de vivre un certain temps relativement honnêtement et de continuer mes recherches.

J'ai rencontré une femme mage runiste il y a quelques mois de ça, à Londres. Elle était de passage mais la semaine qu'elle y a passé en conférences m'a fascinée. Comment se concentrer, se projeter, imaginer le résultat, se protéger aussi. Choisir ses runes préférées, découvrir les affinités....J'ai parlé tous les jours avec elle et elle m'a guidée, initiée je dirais. Elle m'a attribué 2 runes guides pour commencer Dagaz et Mannaz.

Elle m'annonça que je vouerais ma vie à leur compréhension et leur maîtrise ainsi qu'à la magie plus globalement et que je serais guidée sur cette voie d'une manière inattendue, mais pas par elle. Elle n'était que le début pour ma quête, pas le mentor dont j'avais besoin. Elle m'apprit à fabriquer des runes en bois, me guidant pour les deux premières et celles qu'elle m'avait désignées comme les plus appropriées à ce moment de ma vie. Je travaillais sur ces quatre, les fabriquant aussi souvent que possible, me concentrant sur tous les aspects. Peu à peu je maîtrisais les bases, arrivant à les dessiner en l'air, à les faire briller."


Je m'arrêtais là dans mon exposé de la vie à cet homme qui m'écoutait. Je n'avais pas envie de lui raconter la suite étrangement, ce qui s'était passé les mois précédents.

Je savais, après cette rencontre, qu'il fallait que je continue mes recherches puisqu'elles devaient aboutir à la rencontre avec mon véritable mentor... j'étais curieuse et impatiente et en même temps un peu intimidée par avance. La runiste avait parlé d'une figure incontournable qui changerait ma vision des choses et bien des choses dans ma vie. Je cherchais désormais plus à me renseigner sur les origines des runes, sur leurs significations les plus anciennes, sur leur source. Je voulais savoir ce qu'on avait perdu en route par rapport au futhark moderne et au désamour pour cet héritage si important à mes yeux. Je me mis en quête de tout ce qui pouvait s'y rapporter, à commencer par les livres anciens, parchemins et rouleaux, tableaux, bijoux et objets d'art. J'avais quelques pistes à explorer, sur les traces de mon père puisque c'est dans ce milieu qu'il officiait. Je cherchais à Londres, plaque tournante de l'art et des trafics en général mais n'y trouvais pas grand chose, mis à part un peigne en or, ciselé de runes, exposé dans une petite salle du British Museum que je volais en me faisant enrôler dans l'équipe de surveillance. Mes collègues me firent rapidement confiance au point de ne pas vérifier toutes mes mises sous alarme. Je remplaçais le témoin lumineux de l'alarme par une simple lampe rouge à l'aspect identique et qui fit parfaite illusion. Je savais que je bénéficiais d'une dizaine de secondes pour agir, juste au moment où les lampes s'allumaient à l'arrivée de tout le monde. Les caméras saturées de lumière étaient aveugles ou presque un court laps de temps. Je continuais à travailler pendant une semaine avant de donner ma démission et récupérer le bijou que j'avais caché dans le musée, sachant bien que nous serions tous fouillés. Mon trésor était estimé à 2 300 000 $...Invendable mais je m'en fichais.

J'avais profité de mon accès au catalogue des expositions et des mécènes du musée pour me renseigner sur les possesseurs d'objets runiques rares. Quatre noms revenaient souvent. Silas Salisbury, Quinto Fuentes, Sven Solberg et Magnus Fury. Tous quatre éminents spécialistes, connus et reconnus dans leur domaine. Je décidais de m'intéresser à chacun d'eux et pour commencer, à l'anglais. Il vivait dans un quartier huppé, avec gardien et alarmes pour sa collection. Il n'était pas flambeur et avait peu de faiblesses hormis sa collection et sa maîtresse. Ce qui m'intéressait dans la masse d'œuvres qu'il stockait chez lui était une édition de l'Edda parmi les plus complètes, décorée de runes sur les marges. Restait à approcher ce trésor, voire à m'en emparer. Restait à le séduire le propriétaire ou son cerbère. Je choisis ce dernier, bel homme en plus, et esseulé pendant que son patron était en vacances au soleil. Évidemment il fallut ruser. Je me fis passer pour une étudiante en art qui voulait voir son objet d'étude en vrai. Ce fut d'abord non, non, non et encore non. Je revins un jour de pluie bien froide avec un air de chien battu, bien déterminée à ne pas partir de là tant que je n'aurais pas eu gain de cause. Je grelottais avec soin, bien peu couverte à dessein sous mon petit manteau. Un homme reste un homme et je lui avais déjà laissé entrevoir quelques charmes lors de mes précédents passages. Une fois dans son lit, le reste ne fut plus que formalité. Il me surveilla une semaine quand je travaillais sur une inscription runique. Puis il ne me surveilla plus et cessa de regarder dans mes affaires quand je partais. Un jour je pus donc prendre l'Edda en toute tranquillité, allant le déposer directement dans un coffre fort où je gardais mes objets rares. Je continuais à fréquenter mon amant quelques jours avant de disparaître.

Le colombien ou espagnol ne m'intéressa pas longtemps. Je me fis encore passer pour étudiante mais l'homme ne savait rien du tout sur ce qu'il collectionnait et j'ai repéré des faux assez grossiers dont il ne se rend même pas compte ou des copies... Il n'avait vraiment rien de fascinant. Je misais ensuite sur le norvégien mais je me retrouvais face à un mur. Impossible d'entrer en contact avec lui. J'appris qu'il était mort peu de temps avant et que sa famille comptait tout vendre aux enchères, une fois les batailles de succession achevées. En attendant, tout était dans des coffres forts.... Restait Magnus Fury, architecte à New York....Quelque chose ne clochait pas mais je n'arrivais pas à savoir quoi... Un architecte ne peut pas être assez riche pour posséder des trésors tels que ceux qu'on trouve dans les musées, sauf si c'est dans sa famille depuis longtemps. Et puis NY était la Ville de tous les possibles où on trouvait parmi les plus riches... Je traversais l'Atlantique pour la première fois, pas inquiétée aux douanes. Il est vrai que je n'ai jamais donné mon vrai nom aux voleurs et que tous mes larcins n'ont pas été forcément découverts. Je mis le cap sur le cabinet de ce Fury, me retrouvant devant une tour de verre et une plaque me signalant qu'il me fallait aller au 9ème étage. Une secrétaire fit barrage lorsque je voulus rencontrer son patron, toujours pour un projet étudiant. Au passage, je regardais le nombre de caméras, le panneau d'alarme à côté de la porte et bien sûr la porte. Tous ces détails à saisir ne prirent que quelques secondes. Pas facile, sans compter l'entrée de l'immeuble avec portier et code pendant la nuit. Je fis tous les étages, montant sur le toit, descendant au parking. Je n'avais rien vu de particulier à voler mais je savais que l'intéressant se trouvait dans le bureau de l'architecte. J'avais vu une photo de lui dans cette pièce et si toutes les œuvres étaient vraies, j'avais de quoi choisir, peut-être même sans qu'il s'aperçoive de la disparition de quelque chose au vu du nombre... Je revins la nuit, en passant par le parking, toute de noir vêtue, cheveux attachés et cachés sous une casquette, fond de teint foncé. Je passais quelques minutes à couper le courant du cabinet au niveau du local électrique de l'étage. J'attendis 3h que la batterie de l'alarme se décharge pour m'occuper de la porte en quelques secondes. J'étais tranquille, Fury n'employait pas de vigile de garde. Je me payais même le luxe de faire un coucou à la caméra de l'entrée. La porte verrouillée du bureau ne m'arrêta pas, l'impression de rentrer dans un lieu sacré oui. Ma nuque me picota quand une rune scintilla dans le noir. Pertho, le destin.

Je décidai de faire vite, orientant ma torche sur le massif bureau, tentée par une dague ornée de Thuriaz, que je reposais vite, puis vers les rayonnages. Je pris le premier volume venu, sur Yggdrasil, prise d'un sentiment d'urgence, début de panique que je n'avais jamais connu. Je cachais le livre dans une poche spéciale que je mis dans mon dos. Je ressortis vite, refermai la serrure du bureau puis le cabinet. Je remis l'électricité puis ressortis de l'immeuble par le parking. Si le sentiment de panique s'estompait, je n'étais pourtant pas tranquille. Je marchais dans le quartier au hasard des rues, sans me préoccuper de la destination, analysant les événements. Je savais maintenant que Magnus Fury n'était pas un simple architecte et je m'attendais à ce qu'il me retrouve par un moyen inconnu malgré mes précautions vestimentaires et maquillage. Passée une heure environ à déambuler, j'eus faim. Je me retournai brusquement, ayant vu un snack ouvert peu de temps avant. Je percutais un homme au passage. C'est lui à qui je viens de raconter ma vie. Je le regarde, le nez dans mon coca de nouveau perdue dans mes pensées et dans ce que je ne lui ai pas dit.

"Je vais m'en aller Monsieur, merci pour le repas et votre gentillesse."

Je me levais sans attendre, le livre dans mon dos. L'homme n'avait pas dit un mot, se contentant de m'observer depuis que j'avais commencé mon histoire. Je pris le premier taxi que je trouvais, direction l'aéroport. Je n'avais pas l'intention de rester par là.


Revenir en haut Aller en bas
Magnus Fury
Sorcier
Magnus Fury
Âge : Au delà de 3000 ans... J'ai arrêté de compter
Profession : Architecte
Magie pratiquée : Elementaliste du feu et de la terre, runiste.
Lun 7 Jan 2019 - 7:49
 
Gniiiiii !!!
Bienvenue parmi nous et bonne fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Ayane Agana-Béléa
Nationalité : Française
Âge : 23 ans
Profession : Ecrivain
Lieu de résidence : Waterville
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Disciple de : Auriel (Joshua)
Lun 7 Jan 2019 - 9:55
 
Bienvenue à ce nouveau perso ! ^-^



My angel

Tu es insupportablement attirant, insupportablement énervant et insupportablement sûr de toi... Mais c'est pour ça que je ne pourrais jamais te quitter.
©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Luna Knut
Alpha de la Meute
Luna Knut
Elora Argyre Alexandra-Daddario-Gifs-19
Nationalité : Américaine
Âge : 27
Profession : Professeure des écoles
Lieu de résidence : Waterville
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Lun 7 Jan 2019 - 17:29
 
2019 est pleine de surprise ! Bienvenue ^-^


I'm a white wolf and i'm so fucking hot !
Revenir en haut Aller en bas
Anton Laszlo
Elora Argyre 1530614993-anton
Nom infernal : Légion
Fonction : démon de l'effroi
Nationalité : Américain
Âge : Né en même temps que le Paradis
Profession : Parrain de la pègre
Lieu de résidence : Pandémonium
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Lun 7 Jan 2019 - 21:53
 
2019, l'année des sorcières à gros poumons ! Bienvenue ! Elora Argyre 3058876207


Ne résiste pas, ne lutte pas ou je vais explorer le royaume de tes peurs, en devenir le dictateur pour mieux te dominer.
Revenir en haut Aller en bas
Elora Argyre
Sorcière
Elora Argyre
Lun 7 Jan 2019 - 23:41
 
Tout de suite un gros plan sur les gros poumons...
Ah, ces démons.... Elora Argyre 3520990997
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Spencer
Résidente
Tessa Spencer
Fonction : Résidente.
Nationalité : Americaine
Âge : 30 ans
Profession : Garde-forestier
Lieu de résidence : Sabbatus
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle ouverte.
Mer 9 Jan 2019 - 11:40
 
@Anton Laszlo a écrit:
2019, l'année des sorcières à gros poumons ! Bienvenue ! Elora Argyre 3058876207
Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599 Elora Argyre 3447561599

Re bienvenue si j'ai bien compris.


A simple Moka never had a better taste.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
Fondateur
Lucifer
Elora Argyre 1528294630-ezgif-com-resize
Fonction : Démon de la séduction
Âge : Né lors de la création du Paradis
Lieu de résidence : L'Enfer
Jeu 24 Jan 2019 - 21:05
 
Salut Elora,

Voici quelques points qui me viennent en vrac à propos de ta fiche.

Tout d'abord, dans la partie identité.

Âge apparent : je ne vois pas trop ce que ça vient faire dans ton histoire. Cette partie est surtout réservée pour les joueurs qui font un personnage qui a un décalage important entre leur âge réel et leur âge supposé. Genre, je sais pas, Circé aurait 2000 ans et elle ferait la trentaine. Mais là, tu as 23 ans, voilà… « En vérité, j'en fais 27 parce que j'aime avoir l'air plus mûr… » Non, Débora, pas toi, tu vas pas m'écrire ce genre de trucs, c'est très largement en deçà de ton niveau...

Profession : rien n'est renseigné.

Groupe : Neutre.
Neutre n'est pas un groupe, désolé…

Signes particuliers : Rien n'est renseigné. Un « Rien » ou « RAS » ou « Aucun » aurait été le bienvenu à la limite.

Magie pratiquée

Mets-toi à la place de quelqu'un qui doit modérer la fiche. C'est l'art de tout dire sans rien dire. Je ne sais absolument pas ce que tu nous prépares. Je n'ai aucune description de tes pouvoirs. Qu'est-ce que ça va donner un jour ? Tu me demandes de te signer un chèque en blanc. Et si demain tu la joues Mary-Sue parce que ton mentor est Magnus ? Ça te permet de faire quoi la magie des runes et dans quelle mesure ? Au final, on n'en sait rien. Pas même un petit peu. Donc tu te destines à être runiste, deal with it…

Histoire

Pour ce qui est du reste, je n'ai rien à redire, tu écris très bien, tu ne fais pas de fautes, puisque c'est même toi qui a l'habitude de corriger les miennes. L'histoire est longue, tu y as mis du cœur. J'ai eu un peu peur que tu succombes au syndrome « Mutant », genre : À 14 ans, je découvrais mes pouvoirs et je pouvais cramer un mec à 700 km de distance pendant 34 minutes, mais tu te montres raisonnable et tu amènes bien les choses.

Je ne te remercie pas pour l'écriture en rose dans la partie histoire, franchement, ça fait mal aux yeux. Je sais que ça part d'un bon sentiment et que tu as voulu coller à l'ambiance « Miami » du design mais whaouuu, Débora, 7500 lignes comme ça, je suis presque aveugle !  Cool

En conclusion

Au final, rien de tout ceci n'est rédhibitoire parce que tu es admin. Non que je fasse du favoritisme mais au moindre problème, je sais où te trouver ! Je pointe néanmoins certaines choses que je trouve bizarres, comme dans la partie identité, que tu sembles avoir négligée, désolé.

La partie magie, eh bien, je ferais attention à ce que vous en ferez, et comme pour tout le monde, je ne tolérerai aucun grosbillisme, privilège réservé aux postes vacants de premier plan les jours de délire collectif !

Pour ce qui est de la validation à proprement parler, j'attendrai l'avis de Magnus puisqu’il est évoqué dans la partie histoire. Si tout est bon pour lui, je te valide. Je te demande juste le minimum syndical notamment dans la partie « Identité », « Groupe », ça, ça ne passe pas…

Voili voilà...
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Fury
Sorcier
Magnus Fury
Âge : Au delà de 3000 ans... J'ai arrêté de compter
Profession : Architecte
Magie pratiquée : Elementaliste du feu et de la terre, runiste.
Jeu 24 Jan 2019 - 21:10
 
La fiche me convient, si tu as besoin de mon aval, tu l'as.
Revenir en haut Aller en bas
Débora
Administratrice
Débora
Profession : Surveillante Générale
Jeu 24 Jan 2019 - 23:25
 
Je sais bien que la magie runique n'est pas facile à décrire ni à appréhender tellement ce domaine est vaste. Néanmoins, je te promets Lucifer de ne pas faire de grobilisme, de transformer mon personnage en MarieSue. Ce n'est pas mon genre de cheater mes perso! Elora Argyre 3520990997

Désolée pour le rose, je vais chercher une couleur plus reposante Embarassed

Concernant la première partie, je pense que l'un des enregistrements de ma fiche n'a pas marché parce que je n'avais pas laissé en plan comme ça. J'ai corrigé... Rolling Eyes

Merci pour l'approbation Magnus! Elora Argyre 4017150156
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Elora P. Trendal - 13 ans - District 12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Temptation :: Incarnation :: Présentations :: Fiches validées :: Neutres :: Sorciers-
Sauter vers: