AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Liam Pierce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Mi-ange mi-démon
avatar

Lucifer
Mi-ange mi-démon


MessageSujet: Liam Pierce Jeu 22 Déc 2016 - 21:21






Liam Pierce



- Keep calm and Carry On -




Rang dans la hiérarchie



• Solitaire





Identité


Âge apparent : 35 ans

Date de naissance : 12 mai 1981

Nationalité : Irlandaise

Situation familiale : Solitaire

Profession : Substitut du procureur

Orientation sexuelle: Hétéro

Particularité(s) : RAS

Avatar : Scott Foley



Qualités



• Intuitif • Protecteur • Rusé • Loyal




Défauts



• Colérique • Solitaire • Indépendant • Possessif




Anecdotes


* Liam est le seul fils de ses parents, mais il a six soeurs *
* Il n'a jamais gardé une petite amie plus de deux mois, au grand damn de ses parents *
* Ce sont ses parents qui l'ont transformé *
* Il est le fils d'un couple Alpha *






Caractère


La colère est l'un des 7 péchés capitaux. Elle habite Liam depuis qu'il est en âge de raisonner. Toujours présente au fond de lui, à le dévorer doucement, à l'isoler du reste du monde. Car, comment s'ouvrir aux autres lorsque tout brûle en soi? Comment accorder sa confiance, lorsque l'on a été trahi si jeune, par ceux qui devaient pourtant nous protéger quoi qu'il arrive? C'est quelque chose de très compliqué pour lui. Il a eu, pendant un temps, des amis pour lesquels il aurait tout donné. Ils ne sont plus très nombreux aujourd'hui, éloignés pour des raisons plus ou moins sérieuses. Il en déçu certains, pris de rage. Ils ne comprenaient pas. Comment l'auraient-ils pu? Personne ne peut comprendre la malédiction qui l'habite. Et pourtant... Elle régit tout de lui. Sa vie. Ses craintes. Ses désirs. Ses hontes. Ses espoirs.

Malgré son état de lycan, Liam est un solitaire. Il s'est séparé de la meute dès qu'il en a eu le mental. Il refuse cet état qui est pour lui une véritable malédiction. Il a tenté beaucoup de remèdes de grand-mères et de sorciers étranges, tout ce qu'il a pu, pour s'en défaire. En vain. Il a honte de ce qu'il est. Honte de devoir passer les soirs de pleine lune isolé. Honte du comportement parfois bestial qui succède à une transformation. Honte de ne pouvoir s'attacher à une femme, de peur de la blesser et de la voir s'éloigner. Honte de ne plus pouvoir être un Homme bien.

Car c'est ce qu'il aurait dû devenir, un Homme bien. Avant d'être mordu, il aspirait à de grandes choses. Devenir médecin, sauver des vies. Ce qui n'est pas compatible avec une transformation mensuelle en bête sauvage. Il aurait sinon aimé être enseignant. Mais comment justifier d'une absence récurrente à chaque cycle lunaire? Pompier alors. Sans assurer une seule garde ou une seule intervention les soirs de pleine lune. Soldat? Même combat... A défaut, il s'est donc trouvé un métier dans lequel exulter sa colère, et est devenu avocat. Il brille à démonter la partie adverse, ne lâche jamais rien même lorsqu'il est déjà certain de gagner le procès. Le procureur de la république ne pouvait trouver meilleur représentant.

Il n'y a guère qu'envers ses soeurs qu'il est lui même. Il pourrait mourir pour elles si elles en avaient besoin. Il est le troisième rejeton de ses parents, et couve pourtant ses six soeurs comme s'il était l'aîné. Très protecteur et très loyal envers elles, elles savent qu'elles peuvent tout lui demander. Même s'il s'agit d'être le parrain du dernier louveteau qu'elles ont conçu avec un parfait inconnu qui était juste là au bon moment des chaleurs. Il les aime, tout comme il aime ses neveux et nièces. Ils sont les seuls à éteindre sa colère constante et à lui permettre d'avoir une vie de famille, si précieuse à ses yeux.

En ce qui concerne la religion, Liam croit en l'existence de Dieu. Cela étant, il ne pense pas que le Saint Père s'intéresse à ses créations. S'il le faisait, pourquoi aurait-il permis aux lycans de vivre? Pourquoi imposer les atrocités de cette mutation à des Hommes promis à de meilleurs destins? Si c'est une mise à l'épreuve, il échoue sur toute la ligne, et est de toute manière persuadé que le Créateur l'a laissé à l'écart.



Physique


Compte tenu de toute l'énergie qu'il lui faut pour ne pas sauter au cou du premier qui le regarde de travers, Liam est un homme très sportif. Il court tous les soirs qui ne sont pas une pleine lune, pendant une ou deux heures. Il n'a trouvé que cet échappatoire à la colère. Lorsque le temps ne lui permet pas cette activité, il est dans l'obligation d'aller dans une salle de sport pour soulever des haltères ou courir sur un tapis. S'il ne rentre pas chez lui fatigué, il tourne en rond jusqu'à s'énerver de ne pas pouvoir dormir. Ces heures d'entrainement lui ont sculpté un corps tout en muscles qui ne manque pas d'attirer le regard des dames. De par sa nature de lycan, il est quelqu'un d'assez magnétique, qui attire souvent les regards vers lui, même s'il n'en est pas demandeur.

A chaque pleine lune, Liam se transforme en un loup d'une taille conséquente, qui le distingue clairement des loups sauvages normaux. Disons qu'il a la taille d'un poney de bonne stature. Son poil est d'un noir d'encre, à l'exception d'une bande marron sur le côté gauche de son museau, de la même couleur que ses yeux.







Derrière l'écran



Pseudo : Cel'

Vous certifiez avoir 18 ans ou plus : Toujours

Sexe : F

Fréquence de connexion : Beaucoup

Personnage inventé, Scénario ou Poste vacant ? Inventé

Comment avez-vous connu le forum ? J'y suis déjà Razz

Un petit mot ? Petit




MADE BY .ANGELUS



Dernière édition par Lucifer le Dim 15 Oct 2017 - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mi-ange mi-démon
avatar

Lucifer
Mi-ange mi-démon


MessageSujet: Re: Liam Pierce Jeu 22 Déc 2016 - 21:22






Votre histoire



- Il est facile de se tenir avec la foule. Il faut du courage pour rester seul. -




Cette histoire commence comme toutes les histoires. Elle aurait pu rester l'histoire banale d'un homme né dans une famille nombreuse, pas très fortunée mais pas pauvre non plus. Des gens respectables d'une campagne irlandaise, que tout le village connaît, respecte et apprécie. Ce petit garçon serait allé à l'école du village, jusqu'à entrer au collège de la grande ville avec ses copains. Il aurait protégé ses soeurs des mauvais garçons de la ville, eux qui se croient si supérieurs aux familles des campagnes. Il se serait battu toute sa scolarité contre le préjugé qui place les campagnards à un niveau intellectuel plus bas. Et quand il aurait eu sa bourse pour l'Université, tout le village aurait fêté sa réussite. Il se serait marié avec une fille du coin, aurait acheté une petite maison, aurait fondé sa famille, et la lignée Pierce serait restée en Irlande. Finalement, il n'aurait pas été malheureux, avec cette vie là. J'aurais été heureux, j'en suis sûr.

Mais non.

Oh, au début, c'était bien. Je me souviens avoir eu une enfance assez heureuse. Mes parents étaient heureux du premier mâle héritier de la famille, celui qui perpétuerai le nom après eux. Tout le village avait célébré ma naissance avec eux. J'ai grandi entouré de leur amour, c'est certain. Ils s'absentaient parfois, mais ils s'assuraient toujours que je sois entre de bonnes mains pendant leur absence. Le reste du village semblait réellement les apprécier, sans que je ne comprenne réellement l'étendue de cette affection et de ce respect. Ils étaient seulement mes parents. Finalement, jusqu'à l'âge adulte, j'ai aimé ma vie. J'avais décroché une bourse d'étude pour le Trinity College de Dublin. Ma vie aurait pu être parfaite.

Sauf qu'ils en avaient décidé autrement.

J'ai appris avant mon départ à l'université que mes parents n'étaient pas juste le médecin de campagne et l'institutrice du primaire. J'ai su pourquoi ils étaient à l'origine d'une telle admiration au sein du village. Ils m'ont fait découvrir comment ils réussissaient à s'attirer toutes les bonnes grâces des gens du coin. Lorsque je suis devenu un Homme, ils ont décidé de me mettre dans la confidence de leur véritable nature. Ils m'ont dit qu'ils étaient des lycans. Je ne les ai pas crus. J'aurais dû, pourtant. La lune s'est levée quelques minutes après. Sous mes yeux, pour la première fois, j'ai vu mes parents se transformer. Ce n'était pas beau. Ils en imposaient, certes. Deux lycanthropes énormes. A eux deux, ils remplissaient presque le salon dans lequel nous étions tranquillement en train de discuter quelques minutes avant. J'étais tétanisé. Incapable de bouger. Incapable de crier.

Incapable de fuir.

C'est mon père qui m'a mordu. Enfin qui "m'a transmis le don". Je ne sais pas comment il peut trouver que cette malédiction est un don. J'ai eu mal. J'ai souffert tout ce que je pouvais quand j'ai senti mes os et ma chair muter, se déchirer. Ce n'était que de la douleur. Dans ma tête, j'entendais la parole de mon père. Il m'appelait auprès de lui. Auprès d'eux. J'ai refusé. Hors de question. Ma vie m'attendait, je ne voulais pas en être privé. Pas comme ça. Pas pour ça. C'était stupide. J'ai refusé. Mais je n'avais pas le choix. Et j'ai réalisé très vite que je n'avais plus le choix de grand chose sous son emprise. C'était lui l'Alpha, et je n'avais qu'à me soumettre si je voulais garder un semblant d'existence et de libre arbitre.

Il était simplement ridicule de lutter.

Les transformations se passaient mal. A cause d'elles, je n'ai pas pu aller à Dublin. Chaque mois, il fallait m'enfermer avec force pour que je ne révèle pas notre existence au reste de la population qui ignorait tout. Ils n'étaient pas nombreux, les profanes. Mais ils permettaient de donner le change. Mes parents avaient une politique stricte. Chaque lycan devait être en couple avec un autre lycan. Ils refusaient les mariages mixtes. Si l'un des deux n'étaient pas transformés, ils s'assuraient qu'il ou elle le soit avant que le mariage ne soit prononcé. Ils contrôlaient les naissances, s'assuraient que leur meute ne puisse être trop visible. Dès qu'un individu posait problème, il était chassé et prié de ne jamais revenir dans le secteur. Ils ont déchiré des familles et monté des frères les uns contre les autres. Leur emprise sur leur meute était (et reste) très impressionnante.

Mais moi, je ne voulais pas.

Chacun des membres de la meute avait plus ou moins choisi, ou du moins accepté, sa nature. Même mes soeurs parvenaient à s'accoutumer à leur état. Moi, je le refuse toujours. Et c'est peut-être pour cela que j'ai mis tant de temps à me maîtriser lorsque je suis transformé. Deux ans. Un temps considérable à passer enfermé dans un petit village perdu d'Irlande. Bien trop longtemps. Même en ayant fait croire au Trinity College que j'étais malade, ils m'ont rayé de leurs listes. J'ai fini par faire mon droit à la faculté du coin. C'était moins bien côté, mais j'étais bon, j'ai pu m'en sortir. C'était un sacré défouloir. J'ai décroché un job dans une vraie ville, j'allais partir.

Sauf qu'une fois encore, les choses se sont compliquées.

Les lycans ont ce quelque chose de magnétique, qui attire les Hommes vers eux. Personnellement, je trouve cela malsain et très injuste pour les Hommes, qui mériteraient de garder leur libre arbitre. Surtout quand l'humaine en question dans ce problème me plait énormément. Trop d'ailleurs. Beaucoup trop. Beaucoup trop pour me donner le droit de l'aimer et de mettre un terme à sa vie humaine. Il fallait que j'agisse autrement. Que je m'en aille. Plus loin. Beaucoup plus loin. Loin de l'influence de mes parents, de leur influence d'Alpha. C'était quelque chose de très dur. Eux, ils me voulaient à leur côté. Je ne deviendrais probablement jamais un leader après eux, mais ils tenaient à ce que leur fils unique soit auprès d'eux. Ils n'acceptaient certainement pas que je souhaite me soustraire à leur influence.

Mais je suis parti.

Cela fait presque dix ans que j'ai claqué la porte. Mon père et moi nous sommes battus. Physiquement. J'ai perdu. Mais il ne voulait pas me garder. Il voulait me punir. Me punir pour avoir décidé de leur tourner le dos. Je suis parti sans un sous. Ce que j'ai réussi à bâtir dans le Maine, je ne le dois qu'à moi. Ma mère, tout aussi dure que lui, ne m'a même pas dit au revoir. Mes soeurs elles, ont compris. Elles savaient que je n'étais pas fait pour cette vie. Que j'avais besoin d'autre chose. J'étais en colère contre mes géniteurs. Eux qui ne m'ont pas laissé de choix. Qui m'ont forcé à assumer ce choix terrible qu'ils avaient fait. Pour eux, la morsure avait été une révélation. Ils avaient immédiatement développé l'autorité qui avait fait d'eux les Alpha qu'ils sont. Moi, je n'en voulais pas. Je voulais une vie simple, et je ne l'aurai jamais, à cause d'eux.

Je me suis fait embaucher au bureau du procureur, et je gagne des procès pour lui. Watterville est un endroit sympathique. Il ne se passe jamais rien de très extraordinaire, ce qui n'est pas pour me déplaire. Je n'ai pas eu de nouvelles de mes parents depuis que j'ai quitté l'Irlande. Je vois mes soeurs de temps en temps, et je retourne même au pays lorsqu'elles me le demandent. Je ferais tout pour elles. Mais elles acceptent ma décision de m'éloigner de la meute. Je ne sens plus l'influence de mes parents lorsque je m'approche de mon village natal. Lorsque je croise par hasard l'un des membres de la meute, je sens que je ne suis pas le bienvenu, et que mon séjour doit être le plus court possible. Cela ne me gêne pas, je ne veux rien avoir à faire avec eux. Ma vie est aux Etats-Unis maintenant.




MADE BY .ANGELUS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Liam Pierce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Liam L. Gibbs [ Terminé ! ]
» Liam comme dans...Liam !
» Le roman de Mildred Pierce.
» (M/LIBRE) LIAM PAYNE.
» Ultimatum [PV Noëliam ; Nessa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Temptation :: Présentations :: Fiches validées :: Neutres :: Solitaires-