AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



John Mackinley


 :: Succomber :: Présentations :: Fiches validées :: Le Pacte :: Démons Voir le sujet précédentVoir le sujet suivantAller en bas

avatar
Mi-ange mi-démon
Mer 28 Déc 2016 - 20:29
Mi-ange mi-démon
Voir le profil de l'utilisateur





John Mackinley




- Je montrerai à ces gens ce que vous ne voulez pas qu'ils voient. Je leur ferai voir un monde sans vous, un monde sans lois ni contrôle, sans limites ni frontières, un monde où tout est possible. -



Métier / Fonction





Identité


Nom démoniaque : Constantine

Âge physique apparent : 40 ans

Date de naissance : 15 Juin 1917

Nationalité : Américain

Tutelle : Démon de la perversion

Fonction / Métier :Tueur professionnel.

Orientation sexuelle: Hétéro.

Particularité : Possède des tatouages dans le dos en écriture ancienne que lui a fait son ancienne démone pour le marquer.

Avatar : Keanu Reeves.



Qualités



• Calme • Déterminée • Doux
• Méthodique • Intelligent • Malin
• Respectueux • Empathique • Sex-addict





Défauts



• Pervers • Colérique • Sauvage
• Solitaire • Paresseux • Accro
• Asocial • Égoïste • Jaloux





Votre tutelle


John est un démon de luxure et plus particulièrement un démon de la perversion. En contact des humains, il a tendance à insuffler en eux des pensées perverses liés au sexe; par exemple le fait de détourner certain objets où vêtements par exemple de leur fonction première ou même de donner des idées vicieuses liés à des lieux particulier ou même à certaines pratiques. En pratique, cela peut pousser des femmes à s’exhiber dans des tenues provocantes, mettant en valeur leur lingerie, voir même certaine parties de leur corps qui n'ont pas pour but de procréer. Les familles se décomposent quand survient les idées d'adultères et d'orgie dans des chiottes public ou encore lorsque la cousine décide de lui faire une fellation dans le lit de papa et maman. John s'amuse de voir la perversion chez les humains qui se laisse aller à leur plus bas instinct, des femmes qui se laisse aller à leur désir de plan à trois avec d'autres femmes ou l'homme qui éjacule dans les chaussures de sa femme après qu'elle soit rentrée du travail.




Premier pouvoir



Aucun pouvoir pour le moment







Caractère



John est un démon craint parmi les siens, il est souvent seul, taciturne, plutôt silencieux et ne se mélange que très rarement avec les autres démons. Les démons ne peuvent pas se voir, mais pour John c'est une autre histoire, il s'occupe lui même de les renvoyer en enfer et en à fait son métier tout comme celui de tuer des humains qui ne mérite plus de vivre. C'est un démon qui essaye de se racheter une place au paradis malgré sa perversion, tachant d'équilibrer la balance et d’empêcher les démons de causer des massacres gratuits parmi les mortels. Malheureusement, il n'a encore contact avec le divin et ne semble pas mériter ses ailes pour le moment, peut être à cause du sexe à profusion qu'il s'offre ou les innombrable vies qu'il a ôté parmi les humains, ou serait-ce finalement et plus simplement car il a voulu s’ôter la vie après la mort de sa femme.
John est un démon torturé par le passé, ancien esclave d'une démon de luxure, il en porte encore les stigmates de sa vie passée.
Aujourd'hui, John vit seul, prenant soin de ses armes, sa voiture de sport, sa maison au bord d'un lac et n'en sort que lorsqu'il faut tuer ou baiser et s’abreuver ainsi de l’élixir qui maintient son immortalité. L'enfer n'étant pas pour lui un lieu où il aimerait particulièrement retourner, surtout lorsqu'on sait le nombre impressionnant d'enfoirés qu'il y a expédié. On dit même parmi les démons que Lucifer lui-même s'occuperait de son âme pour la jeter dans les coins les plus noir et affreux de l'enfer où il n'y aurait certainement pas une place luxueuse.
John est devenu égoïste et froid, calculateur, il tue sans le moindre remord et avec une efficacité terrifiante. On lui a d'ailleurs donné plusieurs surnoms qu'il n'évoque jamais : La faucheuse, Baba Yaga, le bonhomme sept heure ou encore Constantine. Ne lui donnez jamais une arme à feu entre les mains ou un sabre... Ou quoi que ce soit d'ailleurs, il pourrait vous tuer avec un simple stylo à bille.
Néanmoins, malgré son coté froid, calme et silencieux se cache un cœur tendre pour les courbes féminines, du moins celles qui lui plaisent. Au delà de son coté démoniaque, il est plutôt en bon terme avec les anges et galant avec les femmes. Il aime leur procurer du plaisir bien avant le sien et les chouchouter, sauf bien sur s'il s'agit de salopes vénales auquel il s'en sert de sextoy et les bute froidement.
Notre démon a également un faible pour les pieds féminin, la lingerie, les jambes et même tout ce qui s'y rapporte comme les talons haut ou les bas. Ce sont un peu ses faiblesses, le moyen de le faire flancher, de le séduire et le rendre plus "chaleureux" également. John est un véritable sex-addict, il ne peut se passer du sexe et l'agrémente régulièrement d'idées nouvelles, souvent perverses pour le plus grand bonheur de ses partenaires si elles se laissent prendre au jeu.





Physique



Il a le physique d'un ange, une musculature fine et dessinée sur un corps assez grand d'1 mètre 86. Son visage semble lui aussi angélique mais avec un coté sombre dans le regard. Un grand brun ténébreux et séducteur qui a toujours su faire tomber les femmes les plus élégantes dans ses bras. Il change régulièrement de coiffure, pouvant tout aussi bien porté les cheveux très court comme long et désordonné, coiffure qu'il portait à l'époque de son esclavage. Son corps a été forgé par le combat, les arts martiaux, mais aussi par les sévices de son ancienne maîtresse et les blessures qui ont guéri avec le temps. Dos est couvert de tatouage, d'écritures anciennes, diabolique ou angélique, peu importe, mais ces phrases inscrites sur son dos parle de sexe et de mort assurément.
John s'habille quasiment exclusivement de couleur sobre comme le noir, le gris ou le blanc, des mélanges qu'il affectionne. Il porte très souvent des costumes avec un manteau noir, chemises également, mais chez lui il arbore un style beaucoup plus cosy avec des vêtements agréables à porter. Si l'on ne connaissait pas son métier, on pourrait très bien le prendre pour un riche homme d'affaire vivant seul et célibataire avec un physique particulièrement attirant lorsqu'il retire ses vêtements. C'est la musculature d'un guerrier, pas seulement d'un homme soulevant de la fonte dans une salle généreusement climatisée.




Derrière l'écran



Pseudo : Deira

Vous certifiez avoir 18 ans ou plus : Oui j'ai plus de 18 ans

Sexe : Femme

Fréquence de connexion : 5/7

Personnage inventé, Scénario ou Poste vacant ? Écrire ici.

Comment avez-vous connu le forum ? Grâce à Stella

Un petit mot ? Bisou ! <3





MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mi-ange mi-démon
Mer 28 Déc 2016 - 20:30
Mi-ange mi-démon
Voir le profil de l'utilisateur




Votre histoire



- Prend la pilule rouge et on descend au fond du gouffre -




Je suis un ancien militaire ou plutôt un membre des forces spéciales envoyés dans des missions à risque pour le renseignement américain ou pour éliminer des cibles à l'autre bout de la planète. J'ai passé ma jeunesse à apprendre la maniement des armes, les tactiques militaire ou la furtivité en milieu hostile. J'étais l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur de notre unité. J'ai passé presque 10 ans de ma vie à me battre pour la justice, faire ce qui semblait juste malgré que ce soit sous les ordres de quelques dirigeants ne mettant jamais un pied sur les champs de bataille. J'avais l'impression de me battre pour un monde plus sur, mais au fond, je savais que si je faisais un tel métier, c'était parce que j'étais doué pour cela. J'aurai pu passer ma vie à tuer d'autres hommes et le faire sans rien ressentir, foutre une balle dans la tête d'un homme que je ne connais pas à 800 mètres simplement car on me l'a ordonné. Mais j'ai finalement quitté les forces spéciales lorsque j'ai rencontré Kristana, celle qui devint la mère de ma fille et la seule raison pour laquelle je ne voulais plus partir. Ma carrière fut courte, une dizaine d'années à me battre à l'autre bout du monde, prendre des risques, mais aujourd'hui j'avais décidé que cela cesserai, je voulais prendre du temps pour m'occuper de ma famille et cesser de tuer pour le compte d'autrui. Bien d'autres serait capable de le faire aussi bien que moi.

Ma fille s'appelait Marley, une jolie petite aux yeux bleu comme les miens et aux cheveux noir, le portrait craché de sa mère. C'était ma petite perle, l'essence de ma vie, ce que j'avais toujours désiré bien plus que je ne l'aurai cru il y a quelques années. Je me voyais plutôt vivre sur une île avec mes collègues des forces spéciales et voyager à travers le monde et faire ce que je savais faire de mieux. Mais Kristana avait bouleversé l'homme que j'étais et m'a fait devenir quelqu'un de meilleur, un mari et un père. Je prendrai soin de ma famille autant de temps que je le pourrais, c'était cela pour moi la définition du bonheur, loin des armes, du sang et de la guerre. J'avais 40 ans maintenant et il était temps que tout ces conneries cessent.

C'était une nuit ordinaire et pourtant je me réveillais en entendant du bruit chez moi, dans la cuisine en bas. Ma femme avait quitté notre lit et je me relevais en passant une main dans mes cheveux mi-long. 4 heures du matin... Elle devait avoir faim après tout, la nuit avait été longue si vous voyez ce que je veux dire. Je me levais donc, descendant les escaliers en cherchant ma femme des yeux, mais ce que je voyais alors dépassais l'horreur de tout ce que j'avais déjà pu voir. Je ne pourrais vous décrire une telle horreur, ma femme et ma fille, nue, attachées de la pire des façons et un homme leur faisant des choses qui mériterait la pire des tortures. Sans même une seconde d'hésitation, je me ruais sur lui pour le démolir, transformer son visage en un tas d'os sanglant mais je fus interrompu dans ma course trop aveuglé par la rage. Une femme dans la pénombre venait de me faire chuter au sol et bloqua mon bras dans mon dos en me déboîtant presque l'épaule, écrasant son talon aiguille contre ma nuque. " Regarde " disait-elle en me désignant le spectacle ignoble devant moi. J'aurai préféré mourir que d'assister à cela et lorsque l'homme en eut fini avec ma famille, il les égorgea toute les deux en riant tandis que je tentais de me débattre comme un diable malgré la force surhumaine de la femme qui me retenais prisonnier. Je me sentais détruit, les larmes coulant sur mon visage à n'en plus finir, m'aveuglant, je suppliais que cela ne soit qu'un cauchemar alors que je jurais de le tuer comme un chien, de les tuer tout les deux. Je sentais alors la femme s'asseoir à califourchon sur moi, tirant mes cheveux en arrière pour l'obliger à regarder l'homme couvert du sang de ma famille.

" - Maintenant, tu es à moi, rien qu'à moi, mon jouet. Je te donnerai l'occasion de te venger si tu es sage. "

Il y eut un craquement et je fus plonger dans le noir à cause de la douleur, me réveillant seulement quelques heures plus tard dans le noir d'une cellule à même le sol. J'étais nue, seul avec un sentiment de tristesse et d'une colère sourde dans le ventre. Cet homme devait mourir, je ne pouvais supporter de savoir qu'il respirait encore après avoir fait de tels horreurs à ma famille. La suite est au moins aussi terrible que cette nuit, je fus enchaîner comme un esclave par cette femme qui me traita pire qu'un chien. Il m'était complètement impossible de la frapper, d'essayer de la tuer, son larbin s'occupait de me rouer de coup jusqu'à ce que je sombre dans l'inconscience à chaque fois que j'essayais le moindre geste rebelle. Je passais des semaines à me faire battre, crever de faim et de soif, être humilié nue dans cette cellule à ne plus voir la lumière du jour et pourtant sans l'envie de mourir tant que je ne les avais pas tué tout les deux. Le suicide aurait été trop facile, je voulais les faire payer, peu importe le temps que ça prendrait et même si je devais y laisser ma vie.

J'appris par la suite que j'appartenais en réalité à une démone particulièrement perverse, lubrique qui se jouait du manque naturel de sexe que je pouvais éprouver. Aussi difficile que ça pouvait l'être de réaliser, ce n'était pas moins crédible pour moi qui vivait un véritable enfer depuis des semaines, voir des mois. J'avais totalement perdu la notion du temps, ne différenciant même plus le jour de la nuit dans cet endroit. Le seul contact humain qui m'était donné étant les pieds de celle qui se caractérisait à présent comme ma maîtresse. Je ne pouvais la toucher, ni même l'effleurer, si ce n'était par ses pieds dont je devais m'occuper et par lesquels je devais rythmer honteusement ma vie. C'était ses pieds qui me donnait à manger, ses pieds qui me donnait du plaisir quand elle venait les frotter contre ma queue durcit par des semaines d'abstinence forcés. Moins qu'un esclave, un chien qu'elle élevait dans le noir d'une cellule et dont elle prenait simplement le plaisir à le voir se tordre de douleur, d'excitation et très rarement de plaisir à ses pieds.

Après ce qui fut comme un dressage et une manière de calmer toute rébellion de ma part, je fus entraîner au maniement du sabre et des art martiaux, me rendant assez vite compte que face à l'homme qui avait tué ma famille, malgré ma colère, je n'avais strictement aucune chance de l'emporter. Si j'avais pu lui coller une balle dans la tête, je l'aurai fais immédiatement, mais j'étais simplement envoyé devant lui armé de mes poings et d'un katana. Chaque jour et plusieurs fois par jour, je me retrouvais à me battre comme un diable contre lui sans jamais réussir à le toucher et me prenant des branlées monumental dont j'avais fini par prendre tristement l'habitude. Je sais ce qu'Angela voulait faire de moi... Elle voulait que je sois son jouet, son arme, un assassin peut être ? Elle me tenait corps et âme et il lui suffisait de poser son pied contre mes couilles pour avoir soudain l'impression qu'elle allait déborder de foutre. Au fil des mois, je crois que j'étais complètement dingue de cette démone magnifique, aussi terrible et sadique puisse t'elle être et même sans l'avoir touché, je pouvais lire dans ses yeux, ses pensés, son excitation de me voir éjaculer sur ses pieds quand elle me branle. Je me couchais la nuit, le corps couvert de bleu, priant pour qu'elle me délivre de mon excitation qu'elle faisait naître en moi chaque minutes à ses pieds, à me forcer à les lécher, me refusant la moindre caresse sur une autre partie de son corps. Les démons sont bien plus patients que les humains, leur vie paraissant probablement beaucoup plus longues que nos pauvres existences de mortels. Malgré l'horreur de cette nuit où j'avais perdu ma famille, je ne me sentais plus la force de faire du mal à Angela, je la désirais honteusement et sans avoir eu à lui dire, peut être même d'avantage que j'avais pu désirer Kristana.

Mon âme sombrait dans les ténèbres, la perversion, la douleur mais je marchais aujourd'hui au milieu des démons avec un corps nouveau, plus fort, je me surprenais même à réussir à frapper l'homme qui avait égorgé ma fille. Cela le faisait sourire, mais plus pour longtemps. Je devenais plus fort, plus rapide, plus habile aussi, m’exerçant chaque jour sans jamais de repos avec qu'une seule pensée en tête, le découper en morceau et sortir de cet endroit un jour ou l'autre. J'étais prêt à tout accepter pour tuer ce démon, calmer cet soif de sexe que faisait déborder en moi Angela. Je crois avoir passé plusieurs années dans ces cachots, mon esprit au bord de la rupture, mon âme pervertie par le temps et le sexe, ces images en boucle de Marley qui hurle dans ma tête. Il y avait des jours où j'aurai voulu en finir et pourtant, je savais où je finirai et les limbes n'était pas un endroit très accueillant. Je voulais revoir ma famille, mais je ne pouvais laisser ce démon en vie et je devrais vivre avec le fait qu'Angela le resterait car j'étais à présent dans l'incapacité totale de la tuer tellement je la désirais et l'aimer dans le pire des syndrome de Stockholm.

Par amour ou peut être était-ce son but depuis le début, elle m'offrit la possibilité de signer un pacte afin de devenir moi-même un démon à ses cotés. Elle m'offrait même son corps comme une récompense de mes efforts et la possibilité fine de tuer l'homme qui m'avait arraché ma famille. Sans même réfléchir, mon âme lié à celle d'Angela, j'acceptais pour me laisser aller à mes pires instincts, une perversion dans nul autre pareil. Cette nuit là, je la baisais alors qu'elle me criait de la baiser comme j'avais baisé ma femme cette nuit là, m'avouant qu'elle nous avait regardé baisé avant de décider et d'ordonner à cet autre démon de la tuer. Je crois n'avoir jamais passé une nuit aussi perverse et vicieuse de mon existence de mortel, cette nuit je devenais un démon dans la profondeur de sa chatte. Nous baisions l'un et l'autre et je défoulais toute ma colère, ma rage, ma perversion contre ce corps que j'avais désiré pendant plus d'un an, que je n'avais pu toucher ou même effleurer. Je me délectais de son corps, abandonnant mon humanité, appréciant jusqu'à la griffure de ses ongles, ses morsures et la manière qu'elle avait de me tirer les cheveux pour me tenir vicieusement contre son cul. Aucune femme, non aucune vraiment ne pourrait être aussi vicieuse et perverse qu'Angela et ce que je lui faisais cette nuit, c'était un autre homme qui lui faisait, jamais je n'aurai pu être aussi pervers et sauvage que je l'étais cette nuit.

Le lendemain, j'étais quelque chose de nouveau, un être pervertit, démoniaque sans plus aucune once de pitié ou de peur, je voulais le sang et le sexe, ces deux choses seraient à présent ma raison de vivre. Je baiserai et je tuerai sans m'arrêter autant qu'Angela me le demandera et le mieux dans tout cela, c'est que j'étais devenu libre, un démon libre d'aller où il veut et quand il veut, baiser la moindre salope qui passe et tuer des mortels ou des démons. Ce katana qui m'avait été donné par Angela avait une particularité, celle de ne pas avoir été forgé sur terre, mais bien dans le royaume des anges, la seule arme capable de tuer un démon. J'allai donc tuer autant de démons qu'Angela m'ordonnerait de tuer, parfois même pour le plaisir et le moindre qui oserait poser la main ou le regard sur un enfant, je le découperai un morceau. A l'aide de ma force nouvelle, je tuais l'homme qui avait égorgé ma femme et ma fille, l'obligeant à souffrir et malgré que j'aurai voulu le voir regretter, peut être même avoir peur de la mort, il semblait souriant comme s'il accueillait la mort avec délice. Ce sentiment de vengeance semblait inassouvie, comme s'il m'était refusé de voir le plaisir de sa mort, je sentais comme un vide, quelque chose qui n'était pas complètement accompli. D'autres devaient mourir, même si Angela ne m'en donnait pas l'ordre.

J'appris alors des choses essentiels d'Angela elle-même qui devenait à présent dépendante de ce corps démoniaque qui était à présent le mien. Je lui soutirai par le sexe les même choses qu'elle avait prise de moi par le désir et le frôlement de ses pieds contre mes couilles. Je voulais apprendre à tuer des démons et j'en ferai ma spécialité pour elle afin d'éliminer le moindre enfoiré qui oserait poser sur elle un regard qu'Angela n'apprécierait pas. C'est ainsi que je devins un tueur froid, détesté et craint même parmi les démons. On me donna des surnoms et il suffisait que je rentre dans une pièce aux cotés d'Angela pour que les autres regardent ailleurs et chuchote derrière notre passage. Ma démone, ma sulfureuse et aussi sans même que j'eu vraiment décidé, la seule femme de ma vie qui m'offrait même des esclaves à baiser pour me repaître de leur elexir en les faisant hurler de plaisir devant elle avant qu'elle nous rejoigne. Je baisais et tuer chaque jour pour elle sans avoir à me plaindre, tuer même des mortels avec étonnante facilité aujourd'hui, nous offrant à tout les deux plus d'argent qu'il nous en faudrait jamais.

Mais le temps passé et fut long, des années à ses cotés, à tuer, à baiser à n'en plus pouvoir bouger. J'appris l'existence des anges, je voyais les esclaves; des pères de famille, des filles, des enfants, je prenais au fil des années conscience du monde auquel je faisais parti aujourd'hui et ce qu'il avait transformé en moi. Je ne vieillissais plus au coté d'une démone aussi sulfureuse que sexy pour qui j'avais donné mon âme entière et mon corps.Pourtant, je savais au fond de moi qu'il y avait quelque chose à faire, quelque chose à racheter, à réparer. J'aimais cette violence, cette soif de sang et de sexe qui rythmais ma vie d'immortel, mais je voulais d'avantage, peut être finalement me racheter de ces vies mortels que j'ai enlevé à des hommes qui ne le méritait pas vraiment. J'ai pour principe de défendre les femmes et les enfants même si cela exaspère Angela. Je sent qu'il y a quelque chose en moi qui change, quelque chose qui fait de moi un démon maudit par la bonté probablement. Je pris alors la plus grande décision de mon existence de démon, celle d'arrêter les tueries pour le compte d'Angela et même si je ne pouvais complètement me séparer de son corps que je désirais trop, je décidais de m'isoler loin du pénitencier et de tout ses esclaves. Je devais essayer une vie plus simple, trouver un moment pour réfléchir, être seul et plus serein, trouver une explication. Pourquoi les anges ne m'était pas hostile ? Est ce que je servais leur cause en tuant à tour de bras leurs ennemis ? Le sexe était aujourd'hui un véritable problème, une perversion de mon corps et mon esprit qui me rendait littéralement dépendant. Je ne pouvais passer ma vie loin du sexe et de ses perversion, comme une nouvelle partie de moi impossible à détacher, faisant de moi probablement un être abjecte aux yeux de dieu lui-même. Mais qui est cet enfoiré pour me juger, n'ai-je pas assez bien servi sa cause en tuant ses violeurs d'enfants et ceux qui s'amuse à pervertir l'humanité pour leur faire faire des actes abjectes et meurtrier comme semer la guerre ou la désolation. Il semblerait d'après Angela que si les démons sont si beaux et leur corps si bien fait, c'est que cela reflétait autrefois la beauté qu'il y avait à l'intérieur d'eux lorsqu'ils étaient des anges. Aujourd'hui, on peut reconnaître un démon à la noirceur de son âme qui reflète dans ses yeux.

Je vis donc aujourd'hui, seul, loin des démons qui me craigne et pourtant je vais souvent voir Angela, la seule à me comprendre, la seule que je baise comme un dingue sans jamais m'en lasser. J'habite un loft spacieux et lumineux au bord d'un lac assez à l'écart, cherchant la tranquillité et peut être trouverai-je une réponse à mes questions. Dois-je me laisser aller à toute cette perversion qui m'anime ? Tuer est une chose simple que je fais aujourd'hui de façon terrifiante, je baise comme dans mes plus sombres fantasmes et pourtant, il me manque ce que j'avais un jour obtenu auprès de Kristina... Quel regard doit-elle porter sur moi aujourd'hui ? Et ma fille Marley, doit-elle être fière de l'homme qu'est devenu son père ? Je me demande ce qu'elles penseraient de moi malgré que j'ai tué l'homme qui leur a fait tant de mal. Aujourd'hui, ne suis-je pas devenu moi même un homme similaire ?


MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Divine Temptation :: Succomber :: Présentations :: Fiches validées :: Le Pacte :: Démons-